Education

L'apprentissage peut être très long et peut demander des années dans certains cas spécifiques : chien d'aveugle, d'assistance, policier, de troupeau, etc. L'éducation fait aussi partie de la santé de l'animal domestique : l'autorité du propriétaire doit être établie dès que possible et la socialisation permet d'intégrer le chien au sein d'une famille avec enfants et/ou autres animaux domestiques. Comme pour tout apprentissage, il n'existe pas de méthode unique efficace dans toutes les situations, mais une large palette de moyens d'apprentissage : à chaque maitre de trouver celle qui fera le mieux comprendre au chien ce qui est attendu de lui. De plus, bien que certaines races de chiens soient plus calmes que d'autres, le comportement d'un chien dépend toujours de l'éducation et de l'attention qu'il aura reçues. Cependant, un chien gardera sa part d'instinct et de prédateur.
Toutefois, malgré la large palette de méthodes et d’outils utilisables pour l’éducation d’un chien, son comportement et sa propension à proposer et à prendre des initiatives sont directement liés à la façon de faire de l’éducateur. Ainsi, les méthodes douces, favorisant le fait de récompenser une bonne action ou un bon comportement (renforcement positif – R+ Voir conditionnement opérant), associées à une bonne compréhension de la communication canine (comme les signaux d’apaisement et les postures) permettent une meilleure relation entre le chien et le maitre, un accroissement de la confiance dans le binôme ou dans la famille, et d’une manière plus générale une jovialité dans le caractère de l’animal qu’on ne retrouvera que beaucoup plus difficilement avec certaines méthodes plus traditionnelles, basées sur la domination forcée de l’animal et la punition à la suite d'un mauvais comportement (punition positive – P+ Voir conditionnement opérant)
Les chiens peuvent reconnaître jusqu'à environ 1 000 mots. L'hémisphère cérébral gauche est spécifiquement impliqué dans la reconnaissance des mots connus du chien. L'hémisphère droit est spécifiquement impliqué dans le traitement de l'intonation. Le système de récompense n'est activé par l'audition d'un mot que si ce mot et son intonation sont tous deux associés par le chien à une louange.
Dans certains pays, comme tout animal domestique, les chiens ont droit à la santé et à la protection ce qui implique que les propriétaires aient des devoirs et responsabilités envers eux et vis-à-vis de la sécurité d'autrui. En Belgique, les mauvais traitements envers les animaux sont pénalisés, ainsi que leur trafic, par des peines d'amendes. Un décret impose depuis 2008 une évaluation comportementale des chiens. En Suisse, les propriétaires de chiens doivent suivre une formation.

Comment éduquer son chien ?

Pour que votre chien s'y retrouve dans votre famille, sa position hiérarchique doit être précisée d'emblée. Nos conseils d'éducation canine vous permettront de lui présenter son environnement, de lui apprendre les bonnes manières, les ordres de base et d'éviter qu'il n'acquiert de mauvaises habitudes... ou de tout faire pour lui faire perdre. Votre patience et votre douceur feront le reste.
Votre nouvel ami a besoin de recevoir de l'affection, mais aussi de connaître sa place au sein de votre famille. Or si vous attendez qu'il soit déjà pubère pour vous en occuper et que votre chiot est du genre dominant, vous aurez bien du mal à revenir sur certains acquis.
Au sein d'une meute, chacun a sa place. Pour que votre chien s'y retrouve dans votre famille, sa position hiérarchique doit être précisée d'emblée. Or pour lui montrer que vous et les autres membres de votre famille, êtes les dominants, c'est simple : il vous suffit d'agir en partie comme le ferait un chef de meute, en vous servant la nourriture en premier, en étant seul à avoir accès à l'ensemble du territoire et à pouvoir venir et partir quand bon vous semble.
Eduquer son chien : les règles à suivre
Les chiens étant très routiniers, le vôtre devrait bien vite comprendre ce que vous attendez de lui, quelles sont les règles de la maisonnée et les limites à ne pas franchir...
Pour le couchage : placez son tapis ou son panier dans un endroit tranquille de la demeure, qui ne soit surtout pas un lieu de passage ou un couloir d'où il puisse surveiller vos allées et venues (seuls les dominants, dans une meute, ont ce privilège). Lorsqu'il dort, ne le dérangez pas, car c'est pendant son sommeil qu'un chiot sécrète son hormone de croissance ;
Pour les repas : là encore, trouvez un endroit calme pour le servir et faites-le à heures fixes, après que tous les membres de la famille aient mangé et sans rien lui donner quand vous êtes à table (dans la meute, ce sont les dominants qui se servent les premiers). Laissez sa gamelle durant 20 à 30 minutes, ne restez pas auprès de lui quand il mange et retirez-la ensuite, même s'il n'a pas fini (seuls les dominants ont accès à la nourriture 24 H sur 24). Comptez 4 repas quotidiens avant 3 mois, 3 repas jusqu'à 6 mois et 2 repas ensuite, avec une gamelle d'eau fraîche à disposition en permanence ;
Pour la propreté : prenez l'habitude de sortir un chiot après un somme et après un repas ou une partie de jeu (soit toutes les deux heures en moyenne) car il y a souvent une envie pressante à ces moments-là. Félicitez-le lorsqu'il fait ses besoins dehors, mais ne le grondez pas si un incident se produit dedans : l'apprentissage de la propreté peut prendre plusieurs mois. Attention à ne pas limiter les ballades à l'aspect hygiénique : votre chiot ou votre chien doit en profiter pour jouer et rencontrer d'autres congénères. Cela fait partie de ses besoins physiologiques et il fera moins de bêtises par la suite s'il a déjà eu l'occasion de bien se défouler...

En cas de bêtise : s'il se met à mordiller un tapis par exemple, dites "non" d'une voix ferme, prenez votre chiot par la peau du cou et soulevez-le légèrement. Faites-le uniquement si vous le surprenez en flagrant délit, car après coup, il ne comprendrait pas. En outre, il doit absolument créer un lien d'attachement avec vous pour se sentir bien : aussi, ne soyez pas avare en câlins, en parties de jeux et en sorties. Tout cela contribue à renforcer votre complicité !

Les clés du dressage canin

Si le chien ne comprend pas notre langage, il est capable de savoir s'il a bien ou mal agit. Des techniques d'apprentissage vous permettent de dresser votre chien simplement dans la douceur et le jeu et d'éprouver de la fierté et du bonheur à vivre avec lui au quotidien.
Aucun chien ne naît éduqué. Tous suivent naturellement leur instinct. Votre chien est certes adorable mais n'en fait souvent qu'à sa tête ? Dresser un chien possédant un certain caractère est loin d'être de tout repos. Pour que l'apprentissage et la compréhension mutuelle se déroulent dans de bonnes conditions et portent leurs fruits, quelques règles de dressage sont à prendre en compte.
Etre patient
Gardez toujours à l'esprit que les clés du dressage sont la patience et la répétition. La compréhension et l'assimilation des ordres peuvent prendre du temps. Le chien ne comprend pas la langue humaine et associer un mot spécifique à une action ne peut pas se faire du jour au lendemain. Perdre patience et vous décourager ne servent à rien, car le chien le sentira et vous risquez de perdre ainsi rapidement le contrôle de la situation. La bonne attitude consiste à répéter inlassablement les consignes et à féliciter l'animal dès qu'il aura réalisé quelque chose de bien.
Récompenser le chien
Si le chien ne comprend pas instantanément le langage humain, il enregistre très vite l'affection que vous lui témoignez. Un chien essaie toujours de plaire à son maître, ne soyez donc pas avare de caresses dès qu'il aura compris ou réussi une action. Vous pouvez également lui offrir une friandise et lui ferez ainsi comprendre qu'il a réussi à vous faire plaisir. Il tentera à coup sûr de reproduire l'action qui vous a satisfait.
Créer un environnement favorable
Pour éduquer votre chien privilégiez un endroit calme, tranquille, dans lequel l'animal ne sera pas distrait. Tout est nouveau pour lui, un nouveau foyer, de nouveaux maîtres, peut-être d'autres compagnons à 4 pattes... Un univers auquel il lui faut s'habituer. Ne compliquez pas la tâche en dressant votre chien dans un environnement bruyant. Par contre, lorsqu'il sera bien habitué et qu'il obéira parfaitement aux demandes basiques, vous pourrez parfaire le dressage dans un milieu plus bruyant afin qu'il s'habitue.
Positivez
On arrive à tout par la douceur. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'attitude positive du maître compte beaucoup pour l'animal qui est en mesure de ressentir toutes les colères et frustrations de son propriétaire. Félicitez votre chien, soyez de bonne humeur, montrez votre confiance en lui et encouragez-le sans cesse.
Jouer avec son chien,passer du temps avec lui
Les clés de l'éducation consistent à procéder à de courtes sessions d'éducation de quelques minutes, espacées dans la journée par des mises en pratique (en dehors des séances de dressage) sous forme de jeu, au cours de promenades, lors de visites chez des amis, lors des repas... L'éducation ne doit pas être perçu comme une corvée mais plutôt comme une activité ludique que vous proposerez à tout moment.
L'importance du "dialogue" :
N'hésitez pas à parler et à communiquer le plus possible avec votre chien. S'il ne comprend pas vos paroles, il décryptera vos sentiments rien qu'au son de votre voix. Eduquer un chien prend du temps et requiert de l’énergie, mais avec beaucoup d'amour et de patience, vous arriverez à tout.

Les techniques d’apprentissage du chien

Pour réussir l’apprentissage de son chien, il est bien sûr préférable qu’il se déroule le plus tôt possible. C’est l’une des bases avec la compréhension de ce que l’on entend exactement par apprentissage. En l’occurrence, il s’agit de modifier un comportement, instinctif ou social, du chien par rapport à une situation donnée. Le chien doit apprendre à obéir à son maître, faire ses besoins dehors… Quelle que soit la technique choisie, il est important de savoir qu’un chien agit en fonction de lui-même, de ses besoins, de ses plaisirs et des conséquences de ses comportements, donc de votre réaction à ces mêmes comportements. Une réponse négative (comprenez par là désagréable pour le chien) provoque l’arrêt du comportement, de même qu’une réponse neutre (votre indifférence) puisque cela n’apporte rien au chien. En revanche, une réponse positive, sous la forme de félicitations, caresses, friandises, etc., entraîne une réitération du comportement. Tout ceci à une condition : que le chien arrive à faire un lien précis entre le comportement et la réponse. Ce qui explique notamment qu’il est tout à fait inutile de gronder un chien à retardement.
Les techniques dites de conditionnement
Les techniques de conditionnement sont les plus couramment utilisées pour l’apprentissage des chiens. On distingue deux types d’apprentissage par conditionnement.
Le conditionnement classique
C’est la technique la plus connue. En répondant comme le veut son maître à un stimulus (un ordre), le chien reçoit une récompense. À l’inverse, il obtient une réprimande ou votre indifférence. Si vous jouez avec votre chien et qu’il vous mordille, puis n’obéit pas à votre "non" ferme, cesser de jouer avec lui va faire comprendre à un animal qui recherche avant tout votre attention que son comportement n’est pas le bon puisque la situation agréable pour lui s’arrête. Cet apprentissage nécessite de se servir de matériel comme la laisse dans diverses circonstances, si vous voulez lui apprendre à marcher au pied par exemple.
Le conditionnement opérant
Le conditionnement opérant se distingue de la technique classique par le fait que c’est le chien qui, en désirant la récompense, va répéter de lui-même le comportement positif. Cet apprentissage se base sur la théorie de la cage de Skinner où des rats pouvaient atteindre de la nourriture s’ils actionnaient un levier. Le chien "analyse" les conséquences de son comportement. Il va donc réitérer les comportements positifs, d’autant que le maître pratiquera le renforcement en lui donnant toujours une récompense, cesser les comportements neutres ou négatifs. Pour cet apprentissage, les clés sont l’absence de délai entre le comportement et la conséquence mais aussi la régularité : un même comportement doit avoir les mêmes conséquences (on n’interdit pas le canapé à son chien pour l’autoriser le lendemain).
La méthode positive
Une "variante" de l’apprentissage par conditionnement consiste à utiliser la méthode positive : le chien n’est pas réprimandé ou puni, seulement récompensé quand il adopte le comportement souhaité. Le cas échéant, il ne se passe rien pour lui. Pour donner un exemple, l’apprentissage de la marche au pied sans laisse (on ne tire pas pour ramener le chien vers soi) mais avec des friandises dans la main le long de la jambe.
Jeux et autres techniques d’apprentissage
Il existe d’autres techniques d’apprentissage dont le jeu, un formidable outil pour développer les capacités mentales et faciliter les relations sociales du chien. Par le jeu, le chien apprend d’autant plus rapidement qu’il y prend du plaisir.
L’apprentissage latent
L’apprentissage latent se base sur la répétition des situations. Il est plutôt destiné à des chiens qui rencontrent souvent les dites situations, chiens de chasse, d’agility, etc.
Le Shaping
Le shaping se traduit par façonnage. Cette technique vise à récompenser de petites actions menées de lui-même par le chien  sans intervention physique ou verbale du maître , jusqu’à ce que la somme de ces petites actions amène naturellement l’animal au comportement souhaité.
L’apprentissage par observation
Cette technique n’est possible que si vous avez déjà d’autres chiens puisque c’est par l’observation voire l’imitation de ses congénères que le nouveau venu adopte les mêmes comportements qu’eux.
Résumé : Rester constant Quelle que soit la méthode choisie, l’apprentissage du chien ne se fait pas du jour au lendemain. Il exige patience, fermeté mais aussi constance : décidez des règles avant même d’accueillir votre chien et n’y dérogez sous aucun prétexte.

Apprendre à son chien à répondre à son nom

Faire l’éducation de son chien revient à lui apprendre une série d’ordres simples afin de permettre un comportement exemplaire de votre animal, notamment à l’extérieur. Le premier à lui apprendre est la reconnaissance de son nom que vous pourrez peu à peu associer à d’autres ordres. Lui apprendre la consigne en trois étapes
La répétition du nom
Pour que votre chien puisse répondre à son nom, il faut qu’il ait l’habitude de l’entendre. Ainsi, à force de répétition, votre chien va assimiler ce nom comme un mot qui lui sera familier. La réponse à ce nom se fera peu à peu et sera encouragée par les étapes suivantes de l’apprentissage.
L’utilisations des récompenses
Si entendre son nom permet au chien de le mémoriser comme un mot familier, c’est votre réaction face à la reconnaissance du nom par le chien qui va déterminer son comportement. Il faut ainsi opérer un renforcement positif lorsqu'il reconnaîtra son nom, autrement dit offrir à votre chien une récompense, caresse ou friandise, lorsque votre chien se retourne ou vient vers vous à l’appel de son nom. Il associera alors son nom à un acte positif, et y répondra à coup sûr à chaque appel.
Utilisation de l'ordre en extérieur
Une fois la reconnaissance du nom acquise dans un endroit calme, il vous faut l’expérimenter à l’extérieur de chez vous afin de savoir si cet ordre est totalement maîtrisé par votre chien. Essayez d’abord de lui faire reconnaître son nom chez des amis ou dans un endroit qui ne lui soit pas trop familier. Expérimentez ensuite cet ordre dans un parc, avec des gens voire d’autres chiens aux alentours.
Faire preuve de patience et de fermeté
Si la reconnaissance du nom est l’un des premiers ordres à apprendre à son chien et est assez simple à acquérir pour le chien, cet apprentissage peut toutefois prendre quelques semaines avant d’être totalement maîtrisé. Comme tout apprentissage, vous devez faire preuve de patience face aux éventuels échecs de votre chien et ne pas vous décourager. Restez ferme dans votre ton lorsque vous vous adressez à lui, et chaque membre de votre famille doit s’y prendre de la même manière pour faire reconnaître son nom à votre chien. Il n’en maîtrisera que plus rapidement le sens.
Pourquoi donner un nom à son chien ?
Si les petits surnoms enfantins sont courants dans la bouche des maîtres pour interpeller leur compagnon, le nom représente l’identité du chien et l’intègre à part entière comme membre de votre famille. Il figurera également sur sa carte d'identification et sur son carnet de vaccination, voire passeport s'il est vacciné contre la rage. Le nom et sa reconnaissance par le chien sont également nécessaires pour l’éducation canine. Il permet notamment le rappel à l’ordre en cas de bêtise ou le rappel si le chien a pris trop de distance lors d’une balade.

Apprendre les bonnes manières à son chien

Il est important que votre chien apprenne très tôt les bonnes manières. Il ne doit pas sauter sur les visiteurs, monopoliser le canapé, aboyer sans cesse ou faire des trous dans le jardin. Bref, votre chien doit être "civilisé". Il est plus facile de lui faire prendre de bonnes habitudes que de lui en faire perdre de mauvaises.
C'est quoi les "bonnes manières"?
L'accueill
Votre chien ne doit pas sauter sur vous ou sur les visiteurs pour dire bonjour. L'accueil doit se faire dans le calme. Ce peut être amusant avec un chiot, mais ça l'est beaucoup moins avec un chien adulte, surtout lorsque le terrain est mouillé ou si vos invités ont peur des chiens.
Savoir marcher au pied
Votre chien doit savoir marcher au pied pour que les promenades ne soient pas une bagarre continue. Pour lui, marcher au pied est à la fois un exercice physique et un exercice mental.
Apprendre les ordres de base
Il est évident que votre chien doit connaître les ordres de base tels que "assis, silence, coucher, viens, pas bouger..." Ces ordres doivent être parfaitement acquis pour pouvoir aller plus loin. Si votre chien ne les maîtrise pas, il sera incapable d'avoir de bonnes manières, chez vous ou en dehors de son territoire.
Apprendre à jouer
Le jeu est essentiel pour le bien-être physique et mental de votre chien. Apprendre à jouer, c'est aussi apprendre à se comporter correctement en société. Il ne doit pas devenir surexcité et doit savoir interrompre le jeu à votre demande.
Apprendre à descendre du canapé
Votre chien doit avoir son propre espace et il est inconcevable qu'il s'approprie les canapés ou fauteuils. Il doit apprendre à descendre du canapé sur votre ordre. Il doit comprendre que certains endroits lui sont interdits.
Comment les lui apprendre ?
L'apprentissage des bonnes manières est continu et doit être envisagé à long terme, avec un travail quotidien. Pour lui apprendre les bonnes manières, il faut commencer le plus tôt possible. Dès son arrivée à la maison, l'apprentissage peut commencer. Pratiquez uniquement les méthodes positives, le renforcement positif. Pour cela, il ne faut pas punir face à un mauvais comportement, mais plutôt récompenser votre chien chaque fois qu'il réagit de la bonne manière. Il n'est pas interdit de lui signifier que son comportement n'est pas adapté : il suffit de lui dire non, mais sans punir. Pour favoriser son apprentissage, il est important de socialiser le plus possible votre chien. Il doit rencontrer le maximum de personnes, d'autres animaux, des situations variées, des bruits et des objets différents. Votre chien doit être confronté le plus possible à des situations intrigantes, agitantes ou même menaçantes pour apprendre peu à peu comment se comporter.
Dois-je faire dresser mon chien par un professionnel ?
Si vous avez l'impression que la situation vous échappe, il peut être utile de vous faire aider par un professionnel afin que votre chien et vous partiez sur de bonnes bases.

Comment parlerà son chien, quels gestes employer avec son chien ?

Vous avez forcément besoin de parler à votre chien. Que ce soit pour lui donner un ordre, le féliciter, le réprimander, vous devez toujours utiliser les mêmes mots courts éventuellement associés à un geste précis. Inutile de hausser le ton ou de vous énerver, car le message pourrait être mal compris. Nos conseils pour bien parler à son chien.
Il faut être bref
parler à son chien Lorsque vous avez choisi le nom de votre chien vous avez normalement opté pour un mot de une ou deux syllabes afin qu'il soit bien reconnu par votre animal. Le principe est le même lorsque vous lui parlez. Vous devez être bref. Utilisez des mots courts, des ordres concis. Dites par exemple "viens" plutôt que "bon, maintenant, le chien, il faut venir". Lorsque vous vous adressez à votre chien commencez toujours par l'appeler par son nom. Ainsi, il sait que vous lui demandez son attention. Un ordre trop long ne sera pas compris et ne pourra être exécuté.
Il faut être constant
Utilisez toujours le même mot pour donner le même ordre. Il faut être constant pour que le chien fasse la relation entre l'ordre et ce qui lui est demandé. Si vous lui dites "assis", il ne comprend pas "assieds-toi ou mets-toi là". Pour votre chien, un ordre sera différent si vous changez les mots surtout qu'il retient davantage une sonorité que le mot lui-même.
Attention à l'intonation
L'intonation est très importante lorsque vous parlez à votre chien. Il y est extrêmement sensible. Même si vous lui racontez votre vie et qu'il ne comprend absolument rien, il va ressentir vos émotions. Il sera heureux ou malheureux si vous l'êtes, en sécurité ou inquiet si c'est ce que vous ressentez. C'est pourquoi l'intonation est essentielle. Si vous donnez un ordre sur un ton enjoué, joyeux, votre chien se sentira en sécurité et ressentira les plaisirs et les encouragements. Lorsque vous grondez votre animal, inutile de crier mais adoptez un ton ferme et autoritaire en étant convaincu par ce que vous demandez. Une réprimande est efficace si elle est donnée dans le calme et avec fermeté.
Quels gestes employer
Il est recommandé d'associer un ordre oral à un geste. Comme les mots, les gestes à employer doivent être brefs et fermes. Vos gestes doivent être en accord avec l'intonation de votre voix. Choisissez des mouvements très simples. Le chien perçoit très bien des petits mouvements de doigts. Ainsi, lorsque vous pointez votre index vers son couchage, le chien va comprendre qu'il doit s'y rendre. Commencez l'apprentissage le plus tôt possible avec votre chiot et faites en sorte que tous les membres de la famille utilisent les mêmes mots et les mêmes gestes pour un ordre donné. Ne faites jamais de gestes brusques, car le chien pourrait prendre peur. Habituer les enfants à agir avec douceur.
Qu'est-ce que la communication non verbale ?
Il s'agit de ce que votre corps véhicule sans passer par les mots : la posture, l'inclinaison de votre torse, le regard, la tension dans vos épaules, etc. Ces signaux sont bien décryptés par nos chiens et les orientent sur votre demande. Faites en sorte que votre gestuelle et votre posture soient en accord avec vos paroles et vos ordres : N'essayez pas de rassurer un chien en vous penchant devant et au-dessus de lui, car vous ne feriez que l'effrayer encore plus ; accroupissez-vous et flattez-lui les flancs. Ne prenez pas un air indifférent ou blasé quand il a fait une bêtise : adoptez une attitude de refus de la situation, sans crier pour autant.
Ne le caressez pas trop quand il a peur : cela validerait son comportement craintif et aggraverait la situation.

Comment doit-on corriger son chien ?

Il y a différents moyens de corriger son chien, le mieux étant de tous les utiliser pour augmenter ses chances d'avoir un chien bien éduquer. Cela dit, corriger ne veut pas forcément dire punir : ce peut être aussi pour récompenser un bon comportement.
Les techniques de correction d'un chien
Corriger son chien
Si vous avez un chiot, ce sera plus facile que pour un chien adulte à qui il faudrait refaire l'éducation. Mais corriger son chien ne doit pas être une option, sans quoi vous risquez d'avoir de gros problèmes avec votre compagnon à quatre pattes une fois qu'il aura acquis de mauvaises habitudes. Il a fait pipi à l'intérieur de la maison ? Oui, mais c'est la première fois, et il est petit se diront certains… Attention, un chiot n'est pas un enfant, et ne comptez pas lui faire entendre raison d'une voix douce : il ne comprendra pas que vous n'êtes pas content. Même si cela peut être dur pour vous, il faut le punir immédiatement afin qu'il associe ce qu'il a fait à la punition, et qu'il ne recommence pas.
Le renforcement
Le renforcement est une technique de punition (renforcement « négatif ») ou de récompense (renforcement « positif ») d'un comportement. Votre chien aboie la nuit ? Engueulez le : ainsi, il fera directement le lien entre aboiements la nuit et l'engueulade. Par contre, faites-le chaque fois qu'il aboie la nuit, sinon il risque de ne pas associer cela à une quelconque punition. En revanche, si votre chien gratte à la porte pour sortir, car il veut faire ses besoins dans le jardin, non seulement ouvrez-lui, mais en plus, gratifiez-le (caresse, friandise…). De cette manière, vous diminuez les risques, par la suite, qu'il fasse ses besoins à la maison.
L'extinction du comportement
La correction par extinction du comportement consiste à faire disparaître un comportement chez son chien par l'absence de punition ou de récompense. De ce fait, un chien qui ne trouve aucun plaisir dans un comportement qu'il a adopté tendra à ne pas le reproduire. Cela consiste, par exemple, à l'ignorer complètement lorsqu'il demande de la nourriture à table. N'éprouvant donc aucun plaisir, puisqu'il n'obtient ni nourriture ni caresses, il cessera de quémander lors des repas.
La désensibilisation systhématique
La désensibilisation systématique consiste à faire disparaître certaines peurs chez l'animal, en l'habituant à des stimuli de moindre intensité. Par exemple, s'il a peur de l'orage, on peut lui faire écouter des coups de tonnerre enregistrés pour l'habituer à ce bruit. S'il a peur des personnes ou des autres animaux, vous pouvez le familiariser à leur présence en invitant souvent du monde chez vous ou en le promenant dans la rue.
Le contre-conditionnement
La technique du contre-conditionnement est semblable à la désensibilisation systématique. Elle consiste à faire vaincre la peur de son chien, en lui donnant des récompenses chaque fois qu'il ne réagit pas mal à un orage, par exemple. Ainsi, le chien assimilera "bon comportement lors d'un orage" à "friandise".
L'éducation
Si vous ne parvenez pas à rendre votre chien docile, il peut devenir nécessaire de recourir à l'éducation par un professionnel canin. Vous pouvez en avoir besoin si votre chien aboie sans cesse, est agressif, fait ses besoins n'importe où, refuse de manger… Le comportementaliste se chargera de dresser votre chien en plusieurs séances, mais aussi de vous donner des conseils pour la vie au quotidien avec lui.
Evitez les punitions trop sévères
Les punitions trop sévères peuvent se révéler traumatisantes pour l'animal. La principale conséquence de cela est une possible fugue de votre chien dès qu'il a fait une bêtise. Ainsi, les punitions sont déconseillées, voire proscrites par la loi, si elles sont dangereuses pour votre chien (le priver de nourriture ou le frapper fort, par exemple).
Ne différez jamais les punitions/récompenses :
Une punition ou une récompense doit être administrée immédiatement, lorsque l'animal est pris sur le vif. Si vous réagissez une minute après, il sera trop tard : votre chien n'aura pas compris le lien entre sa bêtise et la punition, et recommencera tout en s'imaginant que vous le punissez de façon arbitraire.

Apprentissage du chien par le jeu

Le jeu et l'apprentissage de votre chien seront d'intenses moments de connivence et de partage. De cette relation et des bienfaits apportés par une activité ludique dépendront le bien-être moral et physique de l'animal.
Apprentissage par le jeu
Les jeux et l’apprentissage du chien, au moins jusqu'au sevrage, sont généralement assurés par la mère, avant que le maître ne prenne le relais. Le jeu assure la bonne cohésion sociale de la portée. Les séances de jeu vont permettre au chiot d'apprendre en satisfaisant sa curiosité. Il réceptionnera l'information, la comprendra, la mémorisera et adaptera ensuite son comportement en fonction de la manière dont il aura intégré cette information.
Quels jeux pour votre chien ?
Les jeux de locomotion vont permettre au chiot de prendre conscience de son corps, de découvrir sa capacité à bouger ses membres et d'acquérir une certaine dextérité motrice. Laissez-le tomber sans l'aider, s'il ne s'est pas fait mal, il doit être capable de repartir tout seul . La manipulation, au moyen de jeux ou d'objets divers, apprendra au chiot à explorer et à découvrir son environnement. Un jouet que votre animal pourra renifler, pousser et mordre évitera qu'il ne s'intéresse à vos effets personnels . Les combats ludiques et les jeux de poursuite inhibent ses envies de mordre. Le chiot apprend à les refréner, notamment durant le jeu. Il sait qu'il ne se bat pas, mais joue à se battre.Pour développer son flair, cachez une friandise dans un carton ou un sac en papier afin qu'il la trouve tout seul .Pour développer sa vue, montrez-lui un jouet ou une balle, cachez-le et demandez-lui de le chercher. Pour stimuler son ouïe, cachez-vous et appelez votre chien afin qu'il se dirige vers vous.

Quel jouet pour un jeune chien ?

Il est recommandé d'acheter un jouet spécifique jeune chien pour éviter qu'il ne s'accapare une chaussure, une serviette ou quelque autre effet vous appartenant. Le choix des jeux est large et adapté à l'animal (les jeux pour humains peuvent abîmer ses dents ou s'avérer dangereux). Il est notamment recommandé : Les doudous ou peluches, qui ne dureront pas longtemps, mais préserveront la dentition des jeunes chiots ; L'os en caoutchouc mou ou en coton tressé, plus résistant que le doudou, prévu pour être mordillé ;
Le jouet Kong, un grand classique des jouets pour chien. Quasi indestructible, il est constitué de caoutchouc sans danger. De forme irrégulière, il rebondit partout sans que le chien ne s'y attende ; Les jouets éducatifs, qui exigent de la part du chien une certaine manipulation et stimulent par la même occasion l'activité cérébrale de l'animal (distributeur de friandises, jeu de stratégie, jeu interactif...).
Les jeux pour chien adulte
L'agilité, avec des parcours d'obstacles à travers lesquels vous guiderez votre chien ; Les jeux d'adresse, pour attraper un objet (fly-ball). Il est vivement conseillé de choisir des jeux dans un magasin spécialisé ou une animalerie. Les balles de tennis pour humains ne sont pas conçues pour la morphologie des chiens, et notamment pour leur mâchoire. La balle doit être adaptée à la taille du chien (une balle trop petite peut être avalée) et résistante (si elle se désagrège, l'animal peut aussi en ingérer des morceaux).
L'intérêt du jeu pour le chien
Par une activité ludique, le chien assimile des informations de manière agréable et s'éveille à son environnement. Le jeu est une composante indispensable à son équilibre psychologique et reste utile à bien des égards. Il renseigne sur la forme de l'animal. Un chien qui refuse de jouer souffre peut-être d'un problème de santé, d'un trouble du comportement ou d'un problème dans sa relation avec son maître. Le jeu est aussi conseillé pour lutter contre la prise de poids excessive.D'un point de vue psychologique, l'activité ludique est aussi bonne pour le moral et reste une composante indispensable à l'équilibre de l'animal. Le jeu et l'apprentissage du chien socialisent l'animal et l'aident à se positionner au sein d'un groupe. Le jeu revêt une grande importance pour le contrôle de la morsure. Par le jeu, le chiot apprend à maîtriser la pression de sa mâchoire lorsque les membres de sa fratrie ne sont plus là pour se manifester par leurs cris lorsqu'ils se mordillent les uns les autres. Lorsque le chien joue avec son maître, il est impératif que ce dernier garde le contrôle de la situation. Le jeu représente une fonction éducative indispensable pour insérer l'animal dans la société complexe des humains. Si le jeu est l'occasion d'apprendre au chien quelques ordres basiques, il est également synonyme de plaisir et le divertissement. Les moments ludiques sont indispensables dans l'instauration d'une relation saine de complicité entre le maître et le chien.
Dans le cadre d'une thérapie comportementale, le jeu peut aider à vaincre certaines peurs, phobies ou des états d'anxiété.
Les limites de l'apprentissage par le jeu
Avec un gros chien, évitez les jeux brutaux, et d'une manière générale, les jeux de combat, à plus forte raison si vous manquez d'autorité. N'oubliez pas que, dans le feu de l'action, certains chiens ont du mal à retenir leur morsure.
Tous les jeux susceptibles d'endommager l'ossature de l'animal durant sa croissance sont à proscrire, notamment chez les grands chiens et les chiens sujets aux problèmes de dos comme les bouledogues français, les bassets ou les teckels. Evitez les glissades, les sauts brutaux, les montées et descentes d'escalier.... Si le chien ne veut pas donner un jouet, évitez de trop tirer dessus, au risque de fragiliser les mâchoires de l'animal. Essayez de trouver un autre moyen pour qu'il lâche prise.
Que faire si mon chien ne réagit pas comme souhaité au jeu ?
Lors des jeux et apprentissage du chien, ne disputez jamais votre animal s'il ne comprend pas ce que vous attendez de lui ou s'il n'y parvient pas. Ne dépassez jamais vingt minutes de jeu par jour, au risque de diminuer l'attention de votre chien et de ralentir son apprentissage.

Comment calmer son chien ?

Que ce soit au moment des retrouvailles en fin de journée ou lorsqu'un invité se présente, un chien hyperactif finit par épuiser son maître. Pourquoi certains chiens sont-ils plus agités que d'autres ? Qu'est-ce qu'il faut faire pour les calmer ?
Chien agité ou hyperactif
Tout d'abord, il faut comprendre qu'un chien est un animal actif, quelle que soit sa race. Il sera encore plus excité s'il reste attaché ou enfermé toute la journée. Cela dit, certains chiens sont plus actifs que d'autres, particulièrement certaines races originellement destinées à la chasse, ou il peut s'agir de chiens souffrant d'une hyperactivité. Alors, comment reconnaître un chien agité ? Voici quelques indices :
Le chien désobéit
Il est incapable de se maîtriser
Il ne tient pas en place
Il veut toujours jouer, même la nuit
Il vide rapidement le contenu de sa gamelle
Il aboie au moindre bruit et réagit à tout mouvement
Si votre chien présente ces symptômes, il est nécessaire d'y remédier, pour votre bien-être mutuel et pour celui de votre entourage.
Les astuces pour le calmer
L'hyperactivité canine se caractérise par une réaction instantanée à toute forme de stimulus. De ce fait, il est très important de toujours garder son calme en évitant de crier ou de faire un geste brusque. Dans certains cas, ignorer tout simplement le chien peut le calmer. Cependant, les écarts de conduite tels que les mordillements ne doivent pas être tolérés. Il est déconseillé de punir un chien hyperactif, surtout si l'animal souffre d'une vraie pathologie, telle que le syndrome HS/HA. En revanche, un renforcement positif, fondé sur la récompense lorsqu’il se comporte bien, peut être efficace. Si nécessaire, il ne faut pas hésiter à le rééduquer par des exercices de rappel et d'obéissance. La thérapie par le jeu est assez efficace avec un chien agité. Il faut juste proposer suffisamment d'activités pour l'occuper tout en lui apprenant à se comporter correctement. A chaque fois, il faut signaler l'arrêt du jeu par un comportement et un ton fermes. Les maîtres qui ont du mal à maîtriser leur chien peuvent avoir recours à des produits antistress à base de phéromones. Ces calmants sont vendus sous forme de sprays, de diffuseurs ou encore de colliers antistress. Pour les cas plus graves, le vétérinaire peut prescrire des psychotropes.
Attention aux produits calmants :
Il existe aujourd'hui une large palette de produits calmants, qui peuvent aider à lutter contre l'hyperactivité du chien. Cependant, ils ne devront pas être considérés comme des solutions : c'est avant tout au maître du chien agité qu'il revient de contrôler son animal. Les médicaments antistress ne sont qu'un outil complémentaire destiné à l'aider dans la difficile tâche de l'éducation.

Intelligence du chien : ce qu'il faut savoir

Certains chiens sont nettement plus intelligents que d'autres. La race est à prendre en considération mais l'apprentissage, l'environnement et la richesse des stimulations sont tout aussi importants.
Les capacités du chien
Les capacités d'un chien dépendraient largement de ses gènes. Certains sont capables d'apprendre près de 200 mots alors que d'autres arrivent péniblement à en mémoriser une dizaine. Il y a les chiens qui arrivent à tromper l'homme ou d'autres animaux pour leur propre bénéfice et ceux qui sont capables de résoudre des problèmes complexes. L'intelligence d'un chien serait proche de celle d'un enfant âgé de deux ans ou deux ans et demi. Il existerait trois types d'intelligence : L'intelligence instinctive est en grande partie conditionnée par la race. L'intelligence adaptative correspond à ce que le chien apprend de son environnement et à sa capacité à résoudre des problèmes plus ou moins complexes. Le troisième type d'intelligence correspond aux facultés d'obéissance et de travail du chien.
L'intelligence en fonction des races ?
L'intelligence en fonction des races serait variable mais il faut prendre cette affirmation avec précaution, car il peut y avoir de grandes disparités au sein d'une même race.
Les races les plus intelligentes
Selon certaines études, parmi les races les plus intelligentes, le Border Collie viendrait en tête. Il serait suivi de près par le Berger australien, le Border Terrier, le Caniche, le Berger allemand, le Labrador, le Golden Retriever et le Doberman. Si ces races sont génétiquement plus intelligentes, l'environnement et l'éducation jouent un rôle très important. Un chien aux grandes capacités qui n'est jamais stimulé ne pourra pas développer ses "connaissances".
Les races qui apprennent très bien
Il y a des races qui apprennent très bien et qui pourraient être comparées aux premiers de la classe, derrière les petits génies qui précèdent. Parmi ces races de chien, on peut citer le Schnauzer, l'Épagneul springer anglais, le Berger belge malinois, le Cocker spaniel, le Bouvier bernois, le Bichon ou encore le Jack-Russel. Attention, ce sont des généralités et les intelligences varient d'un individu à l'autre. Ce n'est pas parce que vous adoptez un Schnauzer que vous pourrez en faire ce que vous voulez. Au contraire ! Les chiens intelligents et mal éduqués peuvent rapidement devenir invivables au quotidien.
Les races les moins capables
Selon ce classement, certaines races sont moins capables d'apprendre que les autres. Mais il faut savoir que ce n'est pas parce qu'un chien est moins intelligent qu'il ne devient pas pour autant un excellent compagnon. Vous n'êtes pas obligé de faire de votre chien un surdoué pour qu'il soit agréable et très attachant. Parmi ces races moins douées, on peut citer le Shi Tzu, le Basset Hound, le Mastiff, le Pékinois, le Barzoï, le Papillon, le Chow Chow...
Et les chiens "sans race" ?
Les chiens bâtards ont un patrimoine génétique plus ou moins varié. Certains croisements sont particulièrement réussis et on dit souvent que les bâtards sont les plus intelligents. Ce qui compte le plus, c'est l'interaction que vous aurez avec votre chien au quotidien et la façon dont vous le stimulerez !

Habituer son chien aux bruits du quotidien

Dans la vie de tous les jours, certains bruits ménagers ou urbains éveillent l’angoisse ou l’agacement de certains chiens. Pour leurs maîtres, il n’est pas toujours facile de comprendre les causes d’une telle réaction. Heureusement, il existe des solutions pour habituer le chien à ces bruits qui l’angoissent tant.
Mon chien est à l’affût dès qu’il entend un bruit : pourquoi ?
Un signe d'anxiété
Souvent, la réaction d’un chien face à un bruit témoigne d’une certaine anxiété. S’il ne voit pas ce qui est à l’origine du bruit, il peut l’interpréter comme un danger éventuel. Une sirène de pompier, un bruit sourd dans la rue ou chez les voisins peuvent suffire à le faire paniquer. Le chien se sent impuissant et peut traduire cette sensation d’insécurité par des aboiements, des gémissements ou une attitude de repli.
Un objet bruyant ou non identifié
Inversement, lorsqu’un chien se trouve en présence de l’objet qui provoque ce bruit qui l’intrigue, il ne comprend pas pourquoi et considère vite cet objet inconnu comme un ennemi indésirable sur son territoire. C’est la raison pour laquelle certains chiens courent et aboient systématiquement après les aspirateurs, les tondeuses et les voitures. Ils n’expriment pas une angoisse, mais une certaine méfiance à l’égard de ces étranges créatures bruyantes.
Comment calmer mon chien en cas de bruit ?
La méthode de l'enregistrement sonore
Pour habituer un chien à divers bruits du quotidien qu’il ne supporte pas, de nombreux comportementalistes canins recommandent la méthode de l’enregistrement sonore. Il s’agit d’enregistrer ou de se procurer les sons qui provoquent chez le chien ces réactions et de les diffuser à faible volume. Petit à petit, le chien les intégrera et ne les associera plus à un danger éventuel. Pour les chiens qui angoissent lorsqu’ils sont seuls et aboient au moindre bruit, il est également possible de laisser de temps en temps la télévision en fond pendant votre absence. Votre chien entendra à la télévision les bruits du quotidien qui le gênent et comprendra qu’ils ne sont pas dangereux.
L’habituer aux bruits par le jeux et la détente
Quand votre chien entend un bruit qui l’inquiète ou l’énerve, il focalise toute son attention sur ce dernier. Pour le reconnecter et le recentrer, commencez par lui parler, caressez-lui le dos et essayez d’attirer son attention avec son jeu préféré. Si vous lui criez dessus ou le laissez se réfugier dans vos bras, il interprétera cela comme la confirmation de ses inquiétudes et se focalisera encore plus sur le bruit.
Quels sons utiliser pour détendre mon chien ?
Les chiens sont plus réceptifs au rythme et percussions de certaines musiques. Si certains sons rythmés peuvent les stimuler, des sons calmes aident à les détendre. Même s’il est difficile de mesurer réellement ses effets, plusieurs études semblent confirmer que la musique classique et douce aide à relaxer les chiens.

L'éducation sexuelle du chien en question

Les manifestations sexuelles du chien sont normales mais elles n'ont pas leur place sous les yeux du maître. Les comportements gênants relèvent d'une mauvaise éducation mais il est toujours possible d'intervenir dans le bon sens.
Manifestations sexuelles
Les manifestations sexuelles du chien sont tout à fait normales mais n'ont pas leur place dans la vie en société. Vous devez les réprimer et socialiser votre animal afin qu'il accepte certaines règles de conduite.
Pendant la période des chaleurs
La chienne connaît deux périodes de chaleurs par an pendant trois semaines. Il y a alors des saignements et un changement de comportement. Ce n'est pas la chienne qui va à la recherche du mâle mais elle accepte alors son contact et une éventuelle saillie. Les mâles n'ont pas vraiment de périodes de chaleurs mais sont à la recherche d'une femelle. La chienne devient plus proche de son maître.
En dehors des périodes de chaleurs
En dehors des périodes de chaleurs, les mâles ont souvent tendance à se frotter contre les jambes en simulant une saillie. Ils peuvent faire la même chose sur un coussin. Certains chiens vont jusqu'à mimer une saillie même sur d'autres animaux et souvent pendant le jeu. Attention, ce n'est pas forcément un comportement d'origine sexuel ! Les chiens entre eux se chevauchent pour asseoir leur rapport hiérarchique : un dominant va vouloir saillir tout être qui lui tombe sous la main pour faire savoir qu'il est le chef de meute ! Vous pouvez le laisser faire avec un autre chien, mais pas devant vous : c'est le dominé qui assiste aux ébats du dominant.
Attitudes à adopter face à ces manifestations
Les attitudes à adopter face à ces manifestations sont systématiquement répressives. Lorsque le chien adopte des manifestations sexuelles à l'égard des humains, il teste tout simplement l'autorité du maître et cherche à accéder à la position de dominant. Il ne faut absolument pas céder à ce type de comportement, car il peut devenir fort désagréable pour les personnes vivant dans la maison ou pour des invités. Lorsque le chien manifeste une attitude sexuelle, il doit être fermement réprimandé par un "arrête", "assis" et s'il ne cède pas, il doit être envoyé dans son panier. Il est important de toujours repousser le chien et de bien marquer ses distances surtout durant les périodes de chaleurs. Un peu moins de caresses ne sera pas traumatisant pour votre animal et il gardera sa place de dominé. Il est inconcevable de laisser un mâle grogner lorsque le maître montre des signes de tendresse à une personne. Le chien cherche seulement à dominer. Il ne faut jamais tolérer de comportement sexuel en présence des membres de la famille. De même, si vous décidez de faire saillir votre chienne, vous ne devez en aucun cas assister à l'accouplement, que vous soyez le maître du chien ou de la chienne.
Comment dois-je me comporter ?
N'ayez pas l'air gêné et ne soyez surtout pas déstabilisé (même si c'est plus facile à conseiller qu'à faire !) : vous devez réprimer les envies même si elles semblent naturelles et surtout si l'homme en est la cible ,marquer davantage de distances durant les chaleurs , faire attention aux manifestations sexuelles à l'égard des enfants. À ne pas faire : assister à la saillie et culpabiliser !

Apprendre à son chien les consignes "Assis", "Couché", "Rester là"

Dès le plus jeune âge de votre chien, il est important de lui fixer des règles afin d’avoir un animal qui vous obéisse au doigt et à l’œil. Les ordres simples « Assis », « Couché » et « Rester là » sont les premiers à apprendre à votre compagnon et ce, en quelques étapes.
Apprendre l’ordre « Assis » en 3 étapes
Le phénomène d'automatisme
L’ordre "Assis" est l’un des plus simples à apprendre à votre chien et peut donc se faire très tôt. Pour cela, il faut associer l’ordre à quelque chose de positif, par de l’automatisme. Prenez des friandises dans votre main et faites-les sentir à votre chien. Levez alors la main en l’air afin que votre chien la regarde. Par soucis d’équilibre, le chien doit s’asseoir pour regarder en l’air. Associez donc votre mouvement à l’ordre "Assis". À force de répétition, votre chien associera le mot "Assis" au fait de s’asseoir.
L’utilisation de l'ordre simple
Pour que l’ordre "Assis" soit totalement intégré par votre chien et puisse s’utiliser partout, vous devez désormais donner cet ordre simple sans avoir de friandise en main. S’il ne se met pas en position assise, pressez légèrement sa taille afin de l’asseoir tout en lui disant "Assis" afin qu’il comprenne cet ordre.
Le renforcement de l'ordre assis
Afin que l’ordre "Assis" reste acquis, il faut opérer un renforcement quasi quotidien en réitérant aussi souvent que possible cet ordre. Ainsi, utilisez cet ordre lors des jeux ou encore avant de lui donner sa gamelle.
L’ordre "Couché" en 3 étapes
Utiliser les prérequis
Avant d’acquérir l’ordre "Couché", le chien doit avoir des prérequis, tels que la maîtrise de l’ordre "Assis". Ainsi, avant d’ordonner à votre chien de se coucher, il faut le faire s’asseoir, ordre qu’il connaît déjà bien.
Changement de position
Une fois que votre chien est assis, le but est de le faire passer en position couchée. Pour cela, réutilisez les friandises comme initiateur de l’action. Faites s’abaisser votre chien en passant les friandises sous le nez jusqu’à les amener au sol. Bien évidemment, pendant cet acte, imposez le mot "Couché" à l’esprit de votre chien.
L’arrêt des friandises
Après quelques semaines d’automatisme avec les friandises, donnez l’ordre "Couché" sans utilisation simultanée de friandises. Lorsque votre chien obéit correctement, donnez-lui une friandise comme récompense seulement. Après quelques jours, vous pourrez supprimer toute friandise comme récompense et passer alors à une simple caresse.
Apprendre l’ordre "Pas bouger" à votre chien
L’utilisation de la laisse
L’ordre "Pas bouger" suit l’acquisition de l’ordre "Assis" et de l’ordre "Couché". L’ordre "Pas bouger" est plus difficile à acquérir pour votre chien puisqu’il va devoir y obéir, durant un laps de temps donné et à distance de vous. Dans un premier temps, gardez votre chien en laisse afin de pouvoir gérer sa désobéissance. Faites alors asseoir votre chien puis se coucher, avant de lui donner l’ordre "Pas bouger".
L’acquisition progressive de l'ordre pas bouger
Une fois que votre chien est couché, reculez de quelques pas tout en lui disant "Pas bouger", afin d’observer sa réaction. S’il bouge, replacez-le à sa place initiale en réitérant votre ordre. S’il reste en place, félicitez-le. Répétez alors cet exercice afin que son acquisition se fasse progressivement.
Prise de distance avec votre chien
Lorsque votre chien semble maîtriser le "Pas bouger", vous pouvez abandonner l’usage de la laisse pour l’acquisition de cet ordre. Prenez alors de plus en plus de distance au fur et à mesure des entraînements, jusqu’à changer de pièce tout en observant sa réaction. Vous pourrez alors utiliser cet ordre à l’extérieur, dans des endroits fréquentés.
Une acquisition progressive des ordres :
Si le chien est un animal intelligent, l’acquisition des ordres chez lui repose sur le paradigme d’automatisme qui consiste à associer un ordre à un événement positif, et à réitérer peu à peu cette action sans qu’elle dépende d’une récompense mais seulement par l’utilisation de votre voix. Dans tous les apprentissages, il vous faut vous montrer patient et ne pas brusquer votre chien si l’acquisition prend plus de temps que prévu.

Apprendre à son chien à ne pas mordre

À l’arrivée du chiot à la maison, l’une des premières choses à lui apprendre – avec la propreté – est de ne pas mordre. Comment faire, mais aussi comment réagir en cas de morsure ? Lui apprendre à ne pas mordre. Apprendre à son chien à ne pas mordre se fait dès le plus jeune âge. Il existe plusieurs manières de faire et cet apprentissage est primordial.
Éduquer le chiot
Un chiot mord pour de multiples raisons, pour jouer, pour se défendre, parce qu’il a mal aux dents, etc. La première règle est de lui apprendre ce que l’on appelle l’inhibition à la morsure, c’est-à-dire de prendre conscience de la force de sa mâchoire et que le fait de mordre peut faire mal. En collectivité, il y a de fortes chances que, mordu par un autre chiot, il s’en rende compte par lui-même ! Une technique consiste, lorsque l’on joue avec lui avec les mains et qu’il mord, à pousser un gémissement aigu ou à lui ordonner d’arrêter. Si le chiot continue, arrêtez le jeu et ignorez l’animal. Il est également possible de glisser son jouet préféré dans la gueule du chiot, de l’attacher quelques minutes avec sa laisse dans un coin tranquille, ou encore de glisser son pouce sous la langue de l’animal et un autre doigt sous le menton puis de tenir quelques secondes sans serrer.
Répulsifs et autres astuces
L’idée générale est d’associer la morsure avec quelque chose de désagréable, et, au contraire, le self contrôle à quelque chose d’agréable, ne soyez pas avare en friandise ! Certaines personnes utilisent des répulsifs sur les mains et les vêtements, mais en associant une substance désagréable à son maître, le chien risque d’être beaucoup moins demandeur en câlins. Un répulsif sur des gants peut être une solution… si le chien ne fait pas de lui-même l’association ! Une autre astuce consiste à remplir une canette vide de cailloux ou de pièces de monnaie et à la secouer dès que le chien mord trop fort. Il déteste ce genre de bruits.
Comment réagir en cas de morsure
Un chien ne mord que rarement au hasard, comprenez par là qu’il y a toujours une raison. D’ailleurs, généralement, le chien émet d’abord un avertissement sous forme de grognements face à ce qu’il considère comme une menace. Les causes sont multiples : le chien peut avoir peur, mal, ne pas maîtriser un changement dans les relations sociales… S’il se sent menacé mais que ce qui l’agresse ou lui fait peur est inatteignable, un chien peut aussi mordre la première personne dans les environs. En cas de morsure, il est donc essentiel de réfléchir aux raisons qui ont poussé le chien à agir de la sorte. Il s’agit ensuite de travailler avec l’animal et de le rééduquer, si besoin en se faisant aider par un professionnel. Premier objectif : lui montrer clairement qui domine, vous et tous les autres membres de la famille. Le chien mange seul et après tout le monde, dort dans son couchage et pas dans la chambre, ne décide pas de manière générale… S’il a mordu un visiteur, il est nécessaire de lui apprendre le territoire et que les passages sur le dit territoire sont une chose normale. Et ce, en le maintenant derrière soi en présence d’une autre personne. Ces expériences sont bien entendu à renouveler jusqu’à ce que le comportement du chien change.
La loi face aux morsures
On ne parle pas ici du chiot qui mordille sans avoir conscience de la force de ses mâchoires, mais d’une vraie morsure. La loi et plus précisément le code pénal (article L223-10) oblige les propriétaires du chien à déclarer dans les 24 heures toute morsure d’une personne à la mairie de sa commune de résidence. L’animal est alors placé sous surveillance vétérinaire pendant quinze jours. Sauf en cas de propriétaire défaillant, il faut présenter son chien trois fois durant cette période au même vétérinaire . En outre, il n’est pas possible de faire euthanasier l’animal sans l’accord des services vétérinaires. Dans les communes où il peut y avoir des cas de rage, cette surveillance s’applique également si le chien a mordu ou griffé un autre animal. Dans tous les cas, le code pénal (article L211-14-2) exige une évaluation comportementale du chien. Ses maîtres peuvent ensuite être obligés de suivre une formation dite d’aptitude. Une personne qui ne se conforme pas à ces obligations légales est susceptible de se voir retirer son chien par le maire .
Ne pas chercher la morsure :
Il y a des moments dans la vie du chien à respecter, sous peine de risquer la morsure. Il convient donc de le laisser tranquille quand il dort, quand il s’isole dans son couchage, quand il mange et, d’une manière générale, quand il a quelque chose dans la gueule.

Apprendre à son chien à marcher au pied

Lui apprendre à marcher au pied en 3 étapes
C’est parti. Vous avez décidé d’apprendre à votre chien à marcher au pas, sans vous faire, vous, promener en long, en large et en travers par votre toutou. Voici donc les étapes à respecter.
Les indispensables de la marche au pied
Quelques accessoires vont s’avérer indispensables pour cet apprentissage. Vous préparer consiste d’abord à vous procurer une laisse assez longue puisqu’elle puisse être toujours détendue. Evitez les laisses à enrouleur, dont les variations de distance vont perturber le chien et qui peuvent en outre s’avérer dangereuses. Commencez par habituer le chiot à sa laisse, sans forcément vous promener : il doit la voir positivement, comme un prolongement de votre main. Pensez également à prendre avec vous un jouet et des friandises. La clé pour bien apprendre à son chien à marcher au pied est en effet de toujours garder son attention.
Commencer l'apprentissage
L’apprentissage de la marche au pied peut se faire de différentes façons. Si le chien est jeune, le plus simple est de tenir une friandise dans la main à côté de laquelle marche le chien et le récompenser en la lui donnant tous les vingt pas environ. Au moment où le chiot décide de vous doubler ou de s’éloigner, opposez-lui un "non" ferme ; vous pouvez même le faire asseoir. Avec un chien plus âgé, il est possible de se servir d’un mur. Positionnez le chien entre le mur et vous, sans lui laisser beaucoup d’espace. S’il veut vous dépasser, bloquez-le avec votre jambe en lui intimant un ordre. Augmentez peu à peu la distance entre le mur et vous.
Elargir le périmètre
Petit à petit, vous allez pouvoir élargir le périmètre des promenades avec votre chien marchant tranquillement en laisse. Des rues tranquilles, vous pouvez aller dans des rues plus passantes, multiplier les stimulations visuelles, auditives et olfactives, tout en prenant garde à ce que le chien soit toujours attentif à vos demandes. De même, vous pouvez commencer à varier les cadences, marcher parfois un peu plus rapidement, parfois un peu plus lentement, vous arrêter, etc. Il peut bien entendu y avoir quelques ratés si votre animal est subitement attiré par quelque chose. Mais c’est à vous alors de le rappeler tranquillement à l’ordre. Si, au contraire, le chien est particulièrement obéissant, ne soyez surtout pas avare en félicitations.
Patience et fermeté
Apprendre à marcher au pied à son chien demande bien de la patience et de la fermeté. Tout d’abord, l’apprentissage doit être progressif. Les marches en laisse n’excéderont pas dix minutes au début, pour ensuite s’allonger en temps et en distance. Quant à la fermeté, elle exige que vous ne changiez jamais d’avis, que ce soit sur la position de votre chien par rapport à vous, la distance autorisée, etc. Vous éduquez un animal qui apprécie beaucoup les habitudes ! De même, vous devez montrer au chien qui est le maître (si vous ne voulez pas qu’il vous balade) et vos ordres seront toujours donnés fermement.
Un apprentissage délicat :
S’il apprend mieux que l'adulte, le chiot est par nature dissipé et prêt à tout instant à suivre ses instincts. De son côté, un chien adulte a déjà ses habitudes et n’aime surtout pas qu’on les lui change. C’est pourquoi la marche au pas est, dans tous les cas, un apprentissage délicat.

Apprendre à son chien à rester seul

Même si votre chien arrive pendant une période de vacances, il doit très rapidement apprendre à rester seul. Il en va de son bien-être comme de votre tranquillité. Vous pouvez l'aider à gérer l'ennui pour qu'il accepte mieux de rester seul. Vous devez aussi soigner votre départ.
Apprendre à gérer l'ennui
Lorsque vous partez, le principal problème est que votre chien risque de s'ennuyer. C'est à ce moment-là qu'il peut faire de nombreuses bêtises, juste pour s'occuper. Vous devez donc lui apprendre à gérer l'ennui. Pour cela, et dès son arrivée à la maison, votre chiot doit savoir que vous n'êtes pas toujours disponible pour jouer avec lui ou le câliner. C'est à vous d'instaurer le contact et non l'inverse. Si votre chien vient vers vous, n'accédez pas systématiquement à ses demandes. Il apprendra à se débrouiller tout seul et à attendre votre sollicitation. Laissez-lui des jouets à mâcher ou des os en peau de buffle pour qu'il ait de quoi s'occuper.
Apprendre à rester seul
En repoussant votre chiot ou en ne répondant pas systématiquement à ses demandes, vous lui permettez aussi d'apprendre à rester seul.
Ne ritualisez pas votre départ
Le chiot doit apprendre le plus tôt possible à rester seul. Au début, il ne s'agira que de cinq minutes mais, peu à peu, vous allongerez vos temps de sortie. Ne ritualisez pas le départ, c'est-à-dire que vous ne devez pas donner les mêmes signes évidents à chaque fois, ni même lui dire au revoir. Le chiot ne doit pas sentir que le départ est proche. N'hésitez pas à manipuler vos clés ou votre manteau sans pour autant sortir. Cette situation doit rester la plus naturelle possible. Si vous êtes anxieux, votre chien le sera aussi.
Des absences de plus en plus longues
Lorsque votre chiot arrive chez vous, vos sorties ne durent que cinq minutes. Peu à peu ces absences seront de plus en plus longues. Ignorez votre chiot quelques minutes avant le départ mais aussi lors de votre retour. Ne l'enfermez pas dans une pièce spéciale et s'il y a des dégâts, ne le réprimandez pas, car il risquerait d'associer la punition à votre retour et non à la bêtise. Votre absence doit devenir une situation normale et vous devez la considérer comme telle.
Soigner votre départ
Ne partez jamais en cachette mais soignez votre départ. Dans la mesure du possible, faites jouer votre chien un moment avant de partir. Sortez-le faire ses besoins mais pas au dernier moment. Il pourrait associer ce type de sorties à votre départ prochain. Ignorez-le au moment du départ et quelques minutes après votre retour.
Ce qu'il faut faire et ne pas faire :
Il est recommandé de faire tout ce qui doit être fait avec lui bien avant le départ : comme les jeux, la distribution du repas et la sortie hygiénique. Ensuite, 30 minutes environ avant le départ, ignorez-le ; puis partez naturellement (sans sortir en cachette), toujours sans le regarder. Au retour, il ne faut pas lui faire la fête même si c'est très tentant : il faut banaliser cette sortie et donc ne pas marquer le coup.

Comment apprendre la garde à son chien ?

Un chien qui garde la maison, c'est tentant, mais il faut faire la différence entre le chien qui aboie dès que quelqu'un arrive et le vrai chien de garde. L'apprentissage est difficile ; il doit être mené correctement pour ne pas commettre de graves erreurs, surtout avec des chiens déjà très dominants.
Qu'est-ce qu'un chien de garde
Ce que n'est pas un chien de garde
Un chien de garde n'est pas un chien qui aboie dès qu'il voit un passant, un vélo ou un autre animal passer devant chez vous. Ce n'est pas non plus un chien qui ne fait aucune différence entre le facteur, les amis, les voisins ou un rôdeur. Lorsque l'on a un chien de garde, on doit toujours être en mesure de prévoir sa réaction face à une personne malveillante. Les chiens qui aboient face aux gens qui passent ne font que répondre à un instinct, sans avoir appris comment réagir.
Un vrai chien de garde a appris son travail
Un chien qui monte la garde est un chien qui a appris son travail. Si cet apprentissage n'a pas été fait ou a été mal fait, certains peuvent être très dangereux. Un chien de garde a appris à faire la différence entre les personnes indésirables et celles qui peuvent entrer chez vous. Il a appris, il surveille, il alerte. Ce n'est pas un chien agressif et il n'attaquera jamais sans en avoir reçu l'ordre de son maître. Avant même de commencer à apprendre la garde, le chien doit être parfaitement socialisé. Il ne peut être un très bon gardien sans avoir parfaitement acquis un certain nombre d'ordres de base. Un bon chien de garde donne l'alerte en cas d'intrusion d'une personne inconnue ; il sait éloigner les intrus, et seulement eux ; il sait également contenir un intrus dans un espace donné le temps que son maître intervienne. Certaines races ont un côté protecteur et une facilité à apprendre la garde, mais les erreurs sont tout de même à éviter.
Comment lui apprendre à garder
Selon la race de votre chien, il sera plus ou moins facile de lui apprendre à garder. Les résultats seront également plus ou moins bons selon le type de chien. Avant de commencer à lui apprendre la garde, assurez-vous que de la parfaite éducation de votre chien et de son acquisition des ordres de base tels que "assis, couché, au pied"... Il doit savoir attendre sans bouger et doit refuser toute nourriture d'une personne extérieure à la famille. Votre chien doit savoir se taire sur ordre avant d'apprendre à identifier les indésirables et les autres. Il doit savoir se mettre au travail et arrêter sa surveillance lorsque vous êtes présent. Un chien de garde n'est pas un chien d'attaque. Il faut lui apprendre à aboyer sur les bonnes personnes, à reconnaître les situations dans lesquelles il ne doit pas donner l'alerte. Le dressage est complexe. Dans tous les cas, le chien devra savoir que vous êtes le chef de meute et que ce n'est pas lui qui décide si une personne peut entrer chez vous ou non. Un chien qui n'est pas parfaitement éduqué ne peut pas être un bon chien de garde au sens réel du terme. Félicitez votre chien quand il aboie à bon escient et donnez-lui l'ordre de se taire lorsque ce n'est pas le cas. Il doit être confronté à de multiples situations pour apprendre le comportement adéquat.
Gare aux erreurs
En apprenant la garde à votre chien vous pouvez faire de nombreuses erreurs. Elles peuvent être plus ou moins graves selon la race et le caractère de votre animal. On a vu que, pour apprendre à garder, un chien doit être parfaitement socialisé et connaître totalement les ordres de base. Un chien de garde n'a pas à être agressif ; il n'attaque jamais sans ordre de son maître et ce n'est pas lui qui décide si quelqu'un peut entrer chez vous. Lorsque vous êtes là, il surveille, mais n'a pas à intervenir sans votre accord. Certains chiens mal élevés vont jusqu'à empêcher leur maître de sortir de chez lui !
Puis-je éduquer mon chien moi-même pour qu'il devienne un chien de garde ?
Sauf si vous avez une grande expérience dans ce domaine, c'est déconseillé. L'apprentissage de cette éducation est plus subtil que l'éducation classique. Il faut maîtriser parfaitement le langage canin, ce qui n'est pas chose aisée. Faites-vous aider par un professionnel, l'équilibre de votre chien en dépend.

Comment apprendre à son chien à saisir doucement la nourriture ?

Si votre chien est gourmand et glouton, vous avez peut-être des difficultés à lui tendre un aliment sans vous faire mordiller le bout des doigts. Votre animal fait preuve d’impatience et ne mesure pas sa force. Il existe une méthode simple pour lui apprendre à se contrôler.
Les trois étapes indispensables
Maitrisser l'ordre assis
 Avant d’imposer à votre chien de saisir délicatement de la nourriture dans votre main, vous allez devoir obtenir toute son attention et sa concentration. Pour cela, commencez par le faire asseoir. S’il comprend que s’asseoir lui apportera une récompense, il le fera assez vite. Dès qu’il est assis et concentré, il est prêt à recevoir la nourriture. Attendez cependant qu’il soit calme avant de tendre la main. S’il est trop excité, il risque de vous mordiller les doigts.
Enoncer fermement la consigne
Si vous vous contentez de tendre la nourriture à votre chien pendant qu’il est assis, il prendra simplement cela comme une récompense et non pas comme un jeu de dressage. Saisissez la nourriture et observez sa réaction. S’il se précipite vers la friandise, reculez-la et dites un "non" ferme. Il doit comprendre que c’est à vous d’approcher la nourriture de sa bouche et non l’inverse. Si votre chien reste immobile et semble concentré, vous pouvez lui tendre la friandise tout en lui disant "doucement". Gardez l’aliment fermement entre vos doigts et lâchez-le uniquement si votre chien les pince avec délicatesse.
Récompenser
Après tant d’efforts, n’oubliez pas de récompenser votre chien par des paroles enjouées et quelques caresses. Ne le récompensez surtout pas avec une autre friandise, car celui-ci doit différencier la récompense de l’effort à fournir. Une friandise s’il accepte de s’asseoir et une caresse s’il accepte de saisir doucement sa nourriture.
Comment apprendre la douceur en restant ferme ?
Si vous voulez que votre chien saisisse un aliment dans votre main sans vous faire mal, vous allez devoir faire preuve de fermeté. Mais cette autorité doit être bienveillante, car si vous criez, votre chien risque de penser qu’il a fait une bêtise. N’oubliez pas que l’éducation d’un chien doit se faire dans le jeu et non dans la contrainte. S’il associe ces moments de dressage à des moments d’angoisse, il ne verra aucun intérêt à vous obéir. L’apprentissage des règles de la maison doit se faire dans le partage et la douceur.
Pourquoi mon chien me mord-il toujours les doigts quand je lui donne à manger ?
Certains chiens très dynamiques peuvent se montrer peu réceptifs au dressage. Leur excitation et leur gourmandise prennent le dessus sur le reste. Pour les faire obéir, vous allez devoir faire preuve de beaucoup de patience. Attention, si votre chien est âgé, il a peut-être une affection oculaire qui l’empêche de bien distinguer vos doigts.

Apprendre à son chien à bien se tenir chez les autres

Même si vous aimez beaucoup votre chien, vous n'avez pas à l'imposer aux autres personnes de votre connaissance. Si vous devez emmener votre chien chez des amis, il doit se comporter correctement, qu'il y ait un autre animal ou non.
Le maître et les autres
Vous aimez votre chien, mais ce n'est pas une raison pour l'imposer à tout le monde. Le chien doit faire la différence entre le maître et les autres. Certaines personnes ne veulent pas d'animaux chez elles et c'est leur droit. D'autres ont peur de votre chien et vous ne pouvez leur imposer sa présence. Il est important d'éduquer votre chien et de rendre sa présence agréable pour tous. S'il est trop attaché à vous, votre chien risque d'avoir une anxiété de la séparation.
Vos amis ont un animal
Ce n'est pas parce que vos amis ont un animal que votre chien doit se comporter comme chez lui. Il n'a pas à aller dans toutes les pièces, à monter sur les canapés. Même si ce comportement exploratoire est normal chez le chiot, il doit apprendre à se contenir. Votre chien doit respecter le territoire de l'autre.
En présence d'un chat
Votre chien n'est pas chez lui et il n'a pas à aller voir le chat. Si celui-ci s'approche, le chien ne doit pas bouger. Le chat doit pouvoir se sentir en sécurité chez lui. Au besoin, gardez votre chien en laisse.
En présence d'un chien
C'est votre chien qui doit se tenir tranquille et céder s'il y a mésentente. En présence d'un chien, c'est le vôtre qui devra être enfermé si la situation dégénère, même si c'est l'autre chien qui attaque. Chez les autres, il n'est pas sur son territoire.
Vos amis n'ont pas d'animal
Si vos amis aiment les chiens
Si vos amis aiment les chiens, ils n'aiment pas forcément les contraintes qui vont avec. Votre chien ne doit pas marquer son territoire en urinant dans cette zone neutre. S'il a appris à respecter des zones interdites, ce sera plus facile. Ne cherchez pas à résoudre les problèmes sur place, mais attendez d'être rentré chez vous.
Vos amis n'aiment pas les chiens
Si vos amis n'aiment pas les chiens, mais vous ont accepté avec le vôtre, la soirée risque de très mal se passer. Mieux vaut le remettre dans votre voiture si c'est possible (jamais l'été, même le soir) ou, encore mieux, le laisser chez vous.
Dans les magasins
Votre chien n'entre pas dans les magasins. Il doit apprendre à rester sagement attaché devant les magasins d'alimentation. Il n'a pas sa place dans les boutiques en général et sera mieux à vous attendre tranquillement à la maison. Mais attention aux petits chiens de race, qui peuvent facilement se faire voler s'ils sont attachés devant un magasin !
Où dois-je installer mon chien chez mes amis?
Idéalement, à vos pieds, pour pouvoir l'avoir à l'œil. Si vous êtes à table, vous pouvez lui installer son panier dans un endroit à l'écart, que vous pourrez surveiller de votre place.

Apprendre à son chien à rapporter un objet

Chaque fois que vous apprenez quelque chose de nouveau à votre chien, c'est une occasion de passer du temps avec lui, de jouer avec lui. Il faudra plus ou moins de temps pour qu'il comprenne ce que vous attendez de lui alors soyez patient mais ferme.
Lui apprendre la consigne en trois étapes
Choisir l'objet à rapporter
Dans un premier temps, vous devez choisir l'objet à rapporter. Si vous lui lancez un os, votre chien n'aura certainement pas envie de revenir vers vous. Prenez un objet qui plaît à votre chien, un objet qu'il connaît et avec lequel il aime s'amuser. Une balle, un frisbee ou un simple bâton peuvent convenir. Ne prenez pas quelque chose de trop gros ou de trop lourd que votre chien aura du mal à transporter dans sa gueule.
Va chercher - Apporte
Une fois l'objet choisi, vous devez associer le rapport à un ordre. Ce peut être "rapporte" ou "va chercher"... Le plus souvent, lorsque vous lancez la balle ou le jouet, votre chien va courir après pour aller la chercher. Peut-être reviendra-t-il de lui-même vers vous en vous rapportant son jouet. Dans ce cas, félicitez-le par la voix, par des caresses ou une friandise. Recommencez l'opération... Si votre chien ne revient pas vers vous avec l'objet, allez vers lui et faites-le revenir à votre point de départ avec l'objet dans sa gueule. Pour ceux qui sont peu motivés, il existe des jouets à fourrer. Vous y glissez une friandise et ne la donnez au chien que s'il rapporte le jouet. Après quelques essais, il comprendra ce que vous attendez de lui et devrait se prendre au jeu.
Apprendre à donner
Votre chien vous rapporte sa balle mais repart avec elle ou ne veut pas la lâcher ; il va devoir apprendre à donner. Tendez votre main vers sa gueule et dites "donne" sur un ton ferme. S'il garde le jouet, prenez-lui doucement dans la gueule. Une fois que vous avez le jouet dans votre main, félicitez votre animal.
Patience et fermeté
Répétition, patience et fermeté sont à la base de l'apprentissage. Certains chiens se prennent rapidement au jeu et ne pensent qu'à vous apporter un objet pour que vous lui lanciez. D'autres ne se passionnent pas pour ce type de jeu. Il y a des races de chiens ou des types de chiens qui font ça de manière instinctive alors que d'autres doivent apprendre le rapport. L'important est que vous passiez de bons moments avec votre chien, qu'il maîtrise les ordres "rapporte" et "donne". Ne le forcez pas, soyez patient et n'hésitez pas à recommencer autant de fois qu'il le faut. Faites plutôt des séances courtes mais fréquentes qu'une très longue qui risque de lasser votre chien.
Pourquoi apprendre à rapporter et donner ?
Le jeu permet de créer une relation complice et saine : cela vous permettra ensuite d'aborder l'éducation et le dressage dans de bonnes conditions d'écoute.

Comment traiter les phobies de son chien ?

Les chiens phobiques réagissent à des stimuli qui les angoissent profondément, sans que leur maître puisse directement identifier l’origine de cette peur. Plus handicapantes que de simples peurs, les phobies stressent intensément les chiens. Pour les soulager, voici nos conseils.
Comment calmer un chien phobique ?
Différencier la phobie simple ou la phobie complexe
Avant de tenter de calmer votre chien ou de prévenir ses crises d’angoisse, il est important de réussir à identifier l’origine de cette peur panique. Si votre chien souffre d’une phobie simple, il ne réagit qu’en présence du stimulus qui lui fait peur, et la crise passe immédiatement dès que celui-ci disparaît. C’est le cas de certains bruits ou de certains objets, comme les bus, les aspirateurs ou les téléphones. Un chien phobique simple n’a pas besoin de traitement. En revanche, un chien qui souffre d’une phobie complexe présente des symptômes invalidants longtemps avant et après l’événement qui l’angoisse. C’est le cas des chiens phobiques des voitures ou de l’abandon. Un protocole thérapeutique et un traitement médicamenteux peuvent aider le chien à surmonter sa phobie complexe.
Faut-il ignorer son chien lorsqu'il a peur?
Même si cela semble cruel, ignorer son chien lorsque sa peur phobique se manifeste semble être une bonne solution. En effet, si le maître console en excès et tente de rassurer son chien en présence d’un objet ou événement inquiétant, l’animal va penser que sa peur est justifiée. Il convient donc l’ignorer le chien sans pour autant le forcer à affronter sa peur. Si votre chien se réfugie dans vos jambes, laissez-le faire, mais ne l’encouragez pas à chercher du réconfort auprès de vous.
Les thérapies comportementales
Désensibiliser progressivement le chien
La désensibilisation consiste à confronter le chien à sa phobie en avançant progressivement. Ainsi, il ne s’agit pas de l’effrayer sans cesse, mais d’intégrer avec subtilité l’objet de sa phobie à son quotidien. Votre chien à la phobie de la voiture ? Commencez par le promener à l’écart de votre voiture, en lui laissant la possibilité de l’apercevoir. Lors de la prochaine promenade, approchez-vous un peu plus sans pour autant faire monter votre chien dans la voiture. Lorsque la présence de la voiture sera devenue habituelle et inoffensive pour lui, il l’associera de moins en moins à une angoisse.
La technique du contre-conditionnement
La technique du contre-conditionnement est idéale pour aider le chien à équilibrer ses émotions. Il s’agit de mettre votre chien en situation de détente et de jeu, pour ensuite peu à peu introduire l’objet de sa phobie au cœur même de cet instant agréable. Peu à peu, il s’habituera à sa présence et se sentira plus en sécurité.
Quel traitement donner à mon chien dans les situations qui l’angoissent ?
Si la thérapie comportementale n’a pas réussi à soulager votre chien de sa phobie, vous pouvez envisager de lui donner un traitement tranquillisant léger. La prise d’un médicament peut être justifiée lorsque le comportement phobique peut se prévoir, mais pas être évité (trajet en voiture, orage violent, etc.). Pour les troubles émotionnels plus ancrés, il sera nécessaire de consulter un vétérinaire comportementaliste.

Faire perdre ses mauvaises habitudes à son chien

Il est toujours plus simple de bien éduquer d'emblée son chiot que de le reprendre en main une fois qu'il est pubère. Cependant, quand on adopte un chien déjà adulte, on se retrouve parfois confronté à certaines carences éducatives de la part de ses anciens propriétaires. Il faut alors profiter du changement de famille et de territoire pour mettre d'emblée de bonnes règles en place.
Les cinq commandements d'une bonne éducation du chien
Donnez des limites à son territoire : Empêchez-le d'aller dans certaines pièces, à commencer par celles réputées les plus importantes du territoire (la chambre à coucher). Même dans une pièce autorisée, certains meubles comme le canapé, peuvent être interdits. Pour des raisons de cohérence, ne changez pas vos règles d'un jour à l'autre et demandez que tout le monde- même le petit dernier - les applique . Trouvez-lui un coin pour lui , Une fois trouvé un endroit calme pour mettre son panier - d'où il ne puisse pas surveiller spécialement vos allées et venues - n'en changez plus. Renvoyez-le se coucher à cet endroit pour dormir ou lorsque vous souhaitez être tranquille avec vos amis. Cela évitera qu'il saute en permanence sur eux et les ennuie. Apprenez à vos enfants à le respecter quand il est à sa place personne ne doit le déranger. Soyez régulier dans ses repas : Adulte, un repas par jour suffit. Il doit être servi après que toute la famille ait mangé. Laissez la gamelle au maximum une demi-heure avant de la ranger. Ne donnez rien à table, faute de quoi vous risquez d'en faire un mendiant et un voleur. Enfin, ne restez pas à le regarder manger, mais vaquez à d'autres occupations.
Sortez-le tous les jours en ballade . S'il n'a pas l'occasion de se défouler quotidiennement à l'extérieur, vous risquez de le payer par des trous dans le jardin et des détériorations dans la maison. A l'extérieur, gardez-le sous contrôle, quitte à le sortir au départ en longe, jusqu'à ce qu'il obéisse au rappel. En effet, le chien étant un prédateur, son instinct pourrait le pousser à courser tout ce qui bouge,coureur, chien, chat... au risque de créer un accident. S'il fait mine de détaler, dites "non" et donnez une saccade sèche sur sa longe pour le ramener vers vous. Traquez les comportements indésirables et encouragez les bons . Pour apprendre à votre chien à se coucher par exemple, dites "couché" au moment où il se couche de lui-même et félicitez-le chaudement comme s'il venait d'accomplir une prouesse. Idem pour lui apprendre à s'asseoir ou à revenir vers vous. Pour les aboiements, vous pouvez moduler : par exemple, s'il aboie après un oiseau dans le jardin, dites "non" et envoyez-le coucher à sa place. Mais s'il aboie parce que quelqu'un sonne chez vous, félicitez-le avant de lui dire "stop". Votre chien comprendra que son rôle est de donner l'alerte, mais qu'une fois que vous avez pris le relais, il peut arrêter d'aboyer...

Mon chien saute sur les gens : comment l’en empêcher ?

Dans la rue, à la maison, chez des amis… votre chien ne peut s’empêcher de sauter sur tout le monde. Cette démonstration énergique n’est pas agressive de sa part, mais vous ne comprenez vraiment pas ce qui le pousse à agir ainsi. Comment lui faire comprendre qu’il doit se retenir ?
Mon chien saute sur tout le monde : affection ou hyperactivité ?
Une mauvaise habitude de chiot
Lorsqu’ils sont chiots, les chiens sont d’adorables boules de poils qui se laissent cajoler toute la journée. Petits et dynamiques, ils adorent aller vers les gens et jouer avec eux en leur sautant dessus. Tant qu’ils sont petits, cette attitude ne gêne personne, bien au contraire. Mais, en grandissant, un chien continuera à sauter sur les gens en pensant que c’est une façon de jouer, surtout si ses maîtres l’ont laissé prendre cette mauvaise habitude. Il est donc important, dès le plus jeune âge, de refréner les pulsions affectives trop envahissantes du chiot.
Le signe d'une hyperactivité ?
Si votre chien est hyperactif, vous constaterez que le moindre bruit ou mouvement l’excite. Son énergie semble ne jamais diminuer. Pour laisser s’exprimer toute cette force et se dépenser, il n’hésite pas à sauter sur les gens. Ce comportement joueur peut donc cacher un trouble du comportement qui peut être réglé par certains traitements ou avec l’aide d’un éducateur canin.
Comment éviter que mon chien saute sur les gens ?
Le test en situation
Pour que votre chien comprenne qu’il doit témoigner son affection autrement qu’en sautant au cou des humains qu’il croise, vous allez devoir le tester en situation. S’il s’approche de vous en vitesse et s’apprête à vous sauter dessus, lancez un ferme "STOP" et levez votre genou pour faire barrage. Ne vous baissez pas en mettant les mains devant vous : cela pourrait être interprété comme du jeu. S’il s’arrête, félicitez-le immédiatement. Votre chien sera un peu surpris au départ, mais votre patience et votre bienveillance l’aideront à s’habituer.
Ignorer son affection
Visiblement, votre chien aime vous témoigner tout son amour en vous sautant dessus et en sautant sur tous les humains qu’il adore. Ce besoin d’affection est tout à fait sain et normal. Il doit cependant comprendre que vous n’acceptez pas son affection de cette manière. Si vous l’ignorez lorsqu’il vous saute dessus et quelques minutes après, il finira par comprendre que cela vous déplaît. Il cherchera à communiquer autrement avec vous et vous pourrez ainsi lui témoigner votre affection de façon plus calme.
Les chiens sont-ils conscients de leur force ?
La plupart des chiens sont conscients de la force de leur mâchoire, puisqu’ils peuvent la contrôler pour mordiller sans faire mal ou attraper de la nourriture sans pincer les doigts. Mais, parfois, cette capacité est dépassée par l'enthousiasme éprouvé par le chien : tout ça se travaille. Les chiens hyperactifs, en revanche, ont quant à eux plus de difficultés à se contrôler. Il faudra peut-être vous faire aider par un éducateur canin ou un vétérinaire comportementaliste.

Mon chien est trop agressif

Un chien peut être agressif pour de nombreuses raisons. Il peut l'être avec d'autres animaux ou avec l'homme. Certains facteurs jouent sur ce comportement qu'il est possible de corriger. Le plus souvent, l'agressivité découle de relations mal définies entre le maître et son chien. Il peut être utile de recourir à un professionnel pour reprendre les choses en mains.
Les causes de l'agressivité sont multiples et dépendent souvent de circonstances précises.
Le degré de socialisation
Le degré de socialisation du chien peut jouer sur son agressivité. C'est le cas lorsque le chiot a eu très peu de contacts avec les hommes ou avec d'autres chiens pendant les premières semaines de sa vie. La hiérarchie doit être mise en place.
La race
La race du chien peut être influente. Certaines ont tendance à être plus agressives. Le caractère du chien doit être pris en compte au moment où vous le choisissez.
Le sexe
Le sexe du chien est important. Un mâle peut être agressif pour prendre la place de dominant, défendre son territoire ou lorsqu'il convoite une femelle. Cette dernière peut changer d'attitude lorsqu'elle a des chiots et se sent menacée.
Certaines maladies
Certaines maladies peuvent rendre votre chien agressif. Ce peut être le cas suite à un traumatisme cérébral, une infection chronique ou aiguë, un déficit visuel ou auditif.
Les moyens d'y remédier
Il existe des moyens d'y remédier, mais la prévention reste essentielle. Le chien doit apprendre à rester calme dans toutes les situations. Il est important de lui faire rencontrer d'autres animaux et de lui interdire de courir après les passants, les oiseaux, les chats ou les voitures. Votre chien doit être habitué aux enfants, à leurs gestes et à leurs cris. Pour limiter l'agressivité, vous devez accentuer votre autorité sur votre chien en reprenant les ordres de base qui doivent être parfaitement acquis. C'est le cas de "reste", "assis", "viens". Ne punissez pas mais récompensez chaque bon comportement avec des friandises. Il est possible de désensibiliser le chien face aux situations qui le rendent agressif. Ce travail est long et difficile et il est recommandé de se faire aider par un dresseur professionnel. Dans tous les cas, le maître doit reprendre le contrôle, car l'agressivité résulte souvent d'un manque d'éducation et d'une absence de hiérarchie.
Comment se comporter face à un chien agressif
La manière de se comporter face à un chien agressif est essentielle. Fixez toujours le chien dans les yeux sans détourner votre regard et jusqu'à ce qu'il cède. Regardez-le de haut mais jamais en vous mettant à sa hauteur. Restez debout face à lui, légèrement incliné vers l'avant et utilisez des mots courts, secs et précis. Une main sur la tête du chien assure votre position de dominant.
Comment rétablir la hiérarchie ?
Il faut penser en meute et en langage canin. Le chef de meute a des prérogatives de dominant, c'est-à-dire qu'il accède à la nourriture en premier et qu'il décide des interactions qu'il va avoir avec les autres. Puisque c'est vous le chef de meute, votre chien doit systématiquement manger après vous, ne jamais dormir dans votre chambre ou pire dans votre lit et ne pas initier les contacts avec vous c'est vous qui décider du moment des câlins. Attention, il n'est pas question de le priver d'affection ! Renvoyez-le s'il est trop collant, et rappelez-le 5 à 10 minutes après pour le caresser.

Mon chien détruit tout. Comment réagir ?

Votre chien détruit tout dans votre maison ou votre jardin ? Il mordille ou provoque une destruction systématique des meubles et objets Ce comportement est un trouble fréquent qui vient souvent d'une mauvaise éducation. Un chien qui détruit tout dans la maison ou dans le jardin, ce n'est jamais agréable. Le plus souvent, il faut revoir son éducation, mais il faut d'abord commencer par trouver pourquoi votre chien réagit de cette manière.
Différents types (mordiller, destruction complète, trous…)
Il y a différents types de destructions. Cela peut aller du simple mordillement au déchiquetage systématique des fauteuils, canapés et coussins. Lorsqu'il s'agit d'un chiot, c'est un comportement normal. Il prend connaissance de son environnement en léchant et en mordillant tout ce qu'il trouve. C'est un comportement instinctif mais le chiot doit très vite apprendre qu'il est totalement interdit. Quant au destructeur, c'est un chien qui réagit à un problème par la destruction systématique de son environnement. Si le chiot est à éduquer, lorsqu'il s'agit d'un chien de plus de huit mois, c'est de rééducation dont il faut parler.
Les causes de ces destructions
Le chien qui détruit tout autour de lui peut avoir plusieurs "raisons" de le faire.
La solitude
La solitude peut être mal vécue par le chien. C'est un peu le même problème qu'avec un chien qui aboie tout le temps dès qu'il est seul. L'anxiété de la séparation est si forte que le chien "compense" en détruisant ce qu'il trouve autour de lui. C'est souvent le cas des chiens qui sont trop attachés à leur maître et qui ne supportent ni la séparation physique ni la séparation affective.
L'ennui
Un chien qui s'ennuie peut trouver une forme d'occupation dans la destruction de son environnement. Il ne sait pas quoi faire lorsqu'il se retrouve tout seul et se met à détruire ce qu'il trouve ou bien à faire des trous dans le jardin ou le canapé.
La perte de contrôle
On aurait tendance à parler de vengeance mais le chien ne connaît pas ce sentiment. Peut-être ressent-il une forme d'injustice lorsqu'il est mis dehors alors qu'il voudrait rester à l'intérieur ou qu'il est enfermé dans une pièce. Il s'agit plutôt d'une perte de contrôle le chien ne sait plus quoi faire et mordille ou détruit les objets qui l'entourent.
Les solutions contre ce comportement
Le chiot doit apprendre très vite qu'il n'a pas le droit de mordiller ou de détruire ce qui est présent dans son environnement. Pour la rééducation, il existe plusieurs solutions. Si votre chien souffre de solitude, reprenez l'apprentissage. La destruction est souvent liée à un hyperattachement. Quand vous rentrez, faites comme si de rien n'était, envoyez le chien se coucher et ressortez. Si, cinq minutes plus tard, il est toujours à sa place, félicitez-le. Recommencez autant de fois qu'il le faudra en allongeant votre temps de sortie. Il doit associer votre départ et votre retour à son bon comportement. S'il s'ennuie, laissez-lui de quoi s'acharner. Il existe des jouets à détruire, des jouets fourrés, des os en peau de buffle qui devraient l'occuper. S'il détruit son panier, tant pis pour lui.
Est-ce que je peux adopter un autre animal pour lui tenir compagnie ?
Ce peut être une solution si votre chien s'ennuie mais tout dépend de son caractère. il vaut peut-être mieux commencer par revoir son éducation et la place hiérarchique de chacun avant de modifier son environnement, cela peut être source de stress supplémentaire.

Mon chien monte sur le canapé

Si vous décidez d’interdire à votre chien de monter sur le canapé, il faut le faire dès son plus jeune âge. Le cas échéant, l’apprentissage sera beaucoup plus long.
Aux yeux du chien, le canapé est un lieu de réunion de toute la famille (dont lui) et un endroit bien confortable où il peut recevoir des caresses. Lui interdire d’y monter – ou non – est une règle de vie que vous décidez et que le chien doit apprendre très vite.
Agir dès le départ
Interdire au chien de monter sur le canapé – ou sur votre fauteuil préféré ou sur votre lit – n’est pas une obligation semblable à celle de faire ses besoins dehors, mais une règle de vie. Et comme pour toutes les règles de vie, il est préférable d’agir dès le départ, c’est-à-dire dès l’arrivée du chien ou du chiot dans la maison. Même pour les plus petits, il ne faudra pas craquer en les prenant avec vous sur le canapé. Ensuite, deux solutions s’offrent à vous.
L’emmener en laisse vers le canapé puis lui dire non au moment où il essaye d’y grimper ;
ou bien attendre que votre chiot se mette à renifler le canapé, signe qu’il va monter dessus, pour lui asséner la même interdiction.
Dans tous les cas, il est primordial que votre refus corresponde exactement au moment où le chien s’apprête à monter sur le canapé, sinon il ne fera pas l’association entre ce meuble et votre "non" - qui doit d’ailleurs toujours être ferme. De même, si vous avez laissé votre compagnon à quatre pattes seul à la maison et qu’en rentrant vous trouvez des traces de son forfait (bave et poils sur le canapé), il sera tout à fait inutile de le gronder.
Fermeté et patience
Il peut être assez simple d’apprendre à un chiot à ne pas monter sur le canapé, même si, bien entendu, il va "tenter le coup" pendant un certain temps. C’est beaucoup plus délicat si vous accueillez un chien adulte qui a eu l’habitude de le faire ailleurs, ou bien si votre chien y avait droit avant mais que vous décidez de l’interdire. Le "non" n’aura aucun effet sur lui. S’il est déjà installé sur le canapé, vous pouvez tout à fait lui faire poser les pattes avant à terre et lui ordonner "descends" - en l’aidant au besoin. Bien évidemment, le chien remontera sur le canapé à moult reprises et, à chaque fois, il vous faudra redonner l’ordre, bref faire preuve de patience et de fermeté. Ne l’autorisez pas, même une fois, à s’installer sur le canapé ou l’ordre deviendra incompréhensible pour votre chien. Au pire vous pouvez tenter quelques astuces pour que le canapé apparaisse nettement moins agréable à votre chien : glisser une canette remplie de petits cailloux, du papier aluminium, ou tout autre objet que le chien n’aime pas.
Comment rééduquer un comportement inadapté ?
D’une manière générale, les chiens agissent en fonction de situations qui leur sont agréables ou désagréables. En outre, ils savent ce qu’il faut faire ou ne pas faire en associant leur action à la réaction – positive ou négative – de leur maître. Rééduquer un comportement inadapté exige donc de faire en sorte que le chien perçoive ce qui était positif pour lui avant comme quelque chose de négatif qui déclenche votre colère. Cela réclame du temps. Au besoin vous pouvez demander conseil à votre vétérinaire ou faire appel à un comportementaliste canin.

Mon chien se réveille en pleine nuit : que faire ?

En pleine nuit, il n’est pas rare que certains chiens s’activent, aboient, grattent ou finissent le fond de leur gamelle. Cette activité nocturne est gênante pour ses propriétaires, mais elle est surtout la preuve que quelque chose ne va pas. Pour régler ce problème, une analyse de la situation s’impose. Pour votre chien insomniaque, la nuit est une prolongation de la journée. Il se réveille régulièrement et s’active comme en plein jour. Si cette activité nocturne est normale chez les chats, elle l’est moins chez les chiens. Elle cache peut-être un problème physiologique ou comportemental.
Identifier les causes de ses insomnies
Un mauvais équilibre dépense/repos
Si votre chien est souvent seul pendant la journée et qu’il n’est pas stimulé régulièrement, il passe sans doute la majeure partie de son temps à dormir. Chaque jour, un chien adulte dort de 10 à 12 heures. S’il s’ennuie dans la journée en votre absence, il fera de longues siestes et ne sera donc pas fatigué le soir au moment de votre coucher. Son équilibre dépense/repos en sera bouleversé. N’hésitez donc pas à lui proposer de longues promenades le soir quand vous rentrez et à vous organiser pour passer le plus de temps possible avec lui.
La faute au rythme alimentaire ?
Certains chiens peuvent être stimulés par leur rythme alimentaire. Ils peuvent s’activer et faire la sieste en fonction de leurs heures de repas. Si vous donnez à manger à votre chien tard le soir, celui-ci sera plus excité et aura du mal à se mettre au lit directement après. Pour équilibrer le cycle de sommeil de votre chien, vous pouvez essayer de décaler l’heure de ses repas.
Angoisses et insomnies
Peur d’être seul, peur de l’abandon, jalousie… Les angoisses de votre chien peuvent avoir de lourdes conséquences sur son sommeil. Si vous le sentez agité pendant la nuit et ne pas tenir en place, commencez par vérifier son état de santé général. Si tout va bien, il est peut-être tout simplement préoccupé, comme les humains peuvent l’être. Avant de traiter son insomnie, commencez par réfléchir aux facteurs qui pourraient la déclencher.
Réagir si le problème persiste
Les traitements contre l’insomnie existent aussi pour nos amis à quatre pattes. Seul un vétérinaire peut décider de la marche à suivre, en fonction de l’origine du problème. Si les causes de l’insomnie de votre chien ne peuvent être réglées autrement, il peut lui prescrire un traitement adapté. La plupart des traitements sont à base de produits naturels, via la phytothérapie ou l’homéopathie. En parallèle, des massages peuvent être effectués pour détendre le chien avant son coucher.
Les chiens peuvent-ils être somnambules ?
Les chiens ne sont pas somnambules. Ils peuvent être insomniaques et tout à fait éveillés ou simplement faire des rêves. Pendant certaines phases de son sommeil profond, le chien peut donner l’impression qu’il est somnambule car il bouge pendant qu’il rêve. Le somnambulisme est un trouble du sommeil tout autre qui n’a jamais été observé chez les animaux.

Mon chien fugue. Comment réagir ?

Un chien qui fugue est toujours une source d'anxiété pour son maître. Il faut être extrêmement vigilant, clôturer correctement son jardin mais, surtout, savoir pourquoi le chien cherche à quitter son territoire. Un chien qui fugue essaie par tous les moyens de tromper votre vigilance. Il est important de se poser la question de l'origine de ces fugues avant de tenter d'y remédier. Un jardin hermétiquement clos, une rééducation et parfois un collier antifugueur ou des barrières peuvent être des solutions.
Les causes et les types de chien fugueur
La fugue du chien correspond à une absence prolongée et volontaire hors de son territoire. Le chien se sauve même s'il sait que c'est interdit. Il trompe votre surveillance dès que l'occasion se présente. Les causes des fugues sont variées.
La sexualité
La sexualité peut pousser votre chien à fuguer. C'est surtout le cas des mâles qui recherchent une partenaire. Il adopte un comportement particulier, gratte de plus en plus aux portes et cherche à sortir dès que la porte est ouverte. Il ne faut pas attacher le chien, car cela ne ferait qu'aggraver son comportement.
L'environnement familiale
Le chien peut fuguer lorsque son environnement familial est modifié et qu'il n'y trouve plus sa place habituelle. Ce peut être le cas lors de l'arrivée d'un bébé, d'un nouvel animal, d'un déménagement... Le chien fugue de chez lui pour retrouver ailleurs la sécurité et l'affection qu'il ne ressent plus.
Les races
Certaines races de chiens sont davantage prédisposées à fuguer. C'est surtout le cas des chiens de chasse et des chiens nordiques. Il convient juste d'être plus vigilant.
La peur
La peur peut être une cause de fugue. Le chien fuit, car il ne se sent pas en sécurité. C'est souvent le cas lorsqu'il y a des orages, en période de chasse...
Les thérapies adaptées
Il convient de déterminer d'abord la cause de la fugue avant d'envisager les thérapies adaptées.
Lorsque la cause de la fugue est d'origine sexuelle, des produits hormonaux peuvent aider à calmer le chien. Il ne faut surtout pas l'attacher ou l'enfermer, car la situation ne ferait qu'empirer. Lorsque le chien fuit son environnement familial, il faut lui redonner la place qu'il avait avant le changement. Vous devez lui consacrer davantage de temps en le promenant, en jouant avec lui tout en maintenant son statut de dominé. Le chien ne doit pas se sentir rejeté. Si votre chien est d'une race à tendance fugueuse, l'éducation est la meilleure solution. Travaillez les exercices de rappel et d'obéissance.
Les solutions antifugue (collier, barrière…)
Il existe des solutions antifugue pour garder votre chien sur son territoire. La clôture avec retour empêche le chien de sauter par-dessus. Des grillages renforcés et enfoncés dans le sol peuvent éviter que votre chien creuse. Une clôture électrique souterraine associée à un collier antifuge peuvent être une solution. Il est important de récompenser le chien chaque fois qu'il s'arrête à la limite autorisée.
Faut-il attacher le chien fugueur ?
Non, car cela peut entraîner des comportements agressifs. Sécurisez votre jardin et soyez plus disponible pour lui. S'il continue, consultez un vétérinaire comportementaliste qui pourra mettre en place une thérapie comportementale associée ou non à un traitement médicamenteux si la situation l'exige.

Mon chien est hyperactif : comment réagir ?

Votre chien s’active à longueur de journée, dort mal et n’arrive pas à se contrôler ? Il est peut-être atteint du syndrome Hs-Ha, plus couramment appelé hyperactivité. Pour cohabiter avec lui et lui permettre de vivre sa vie dans le calme et l’équilibre, des solutions médicales et comportementales existent. Vivre avec un chien atteint du syndrome Hs-Ha est contraignant et épuisant. Si votre animal s’active en permanence et ne semble pas réussir à canaliser son énergie, sachez qu’il existe des alternatives pour l’aider à se sentir mieux et rétablir le calme dans votre foyer.
Différencier un chien dynamique d’un chien hyperactif
Impossible de se controler
Par nature et selon leur âge, certains chiens sont plus énergiques que d’autres. Vifs, très joueurs et toujours en forme, ils accaparent très souvent leurs propriétaires. Cependant, ce dynamisme n’est pas excessif et le chien réussit à se calmer facilement lorsqu’il fatigue ou lorsque son maître lui demande d’arrêter. Un chien hyperactif traverse des crises pendant lesquelles il n’arrive pas à contrôler ses gestes et son corps. Si votre chien dévore littéralement sa gamelle, met plus de 10 minutes à se calmer et s’agite dans tous les sens, vous pouvez effectivement soupçonner un syndrome Hs-Ha. Attention, l’hyperactivité est présente dès la naissance du chien, elle ne peut pas se manifester du jour au lendemain. Toutefois, elle peut s'aggraver si des erreurs comportementales sont commises.
Troubles du sommeil et solicitations permanentes
Angoissés et dépassés par leur propre énergie, les chiens hyperactifs dorment mal et peu la nuit. Ainsi, il est courant qu’ils comptabilisent moins de 8 heures de sommeil par jour au lieu des 10 à 12 heures observées chez les chiens qui ne rencontrent aucun problème. Un chien Hs-Ha sollicite également son maître en permanence et n’arrive pas à s’arrêter, malgré les ordres de son propriétaire.
Comment cohabiter avec un chien hyperactif ?
Limiter l'hyperstimulation et vivre dans un environnement calme
À cause de sa condition, un chien hyperactif est déjà hyperstimulé par l’environnement qui l’entoure. Tout l’excite et il est incapable de se concentrer sur quelque chose. Si les chiens Hs-Ha sont très vifs, leurs propriétaires ne doivent en aucun cas chercher à les stimuler encore plus pour s’amuser. De plus, un propriétaire serein et un environnement équilibré et calme leur éviteront cette hyperstimulation permanente.
Une thérapie médicale et comportementale
Son hypersensibilité et hyperactivité empêchent le chien de se concentrer. Un dressage n’est donc pas envisageable. Pourtant, les chiens diagnostiqués Hs-Ha doivent être traités avant que les symptômes n’empirent et rendent invivable le quotidien du maître. Il ne faut pas oublier qu’un chien hyperactif ne contrôle pas sa mâchoire non plus et peut mordre en pleine séance de jeu. Pour remédier à cela, il existe un protocole consistant à associer un traitement calmant à des séances thérapeutiques pour lui apprendre l’auto-contrôle.
Quelles maladies peuvent se confondre avec l’hyperactivité ?
Les chiens sujets à des troubles de l’anxiété peuvent avoir certains symptômes en commun avec le syndrome Hs-Ha. Les troubles de l’anxiété se manifestent par un stress et une angoisse en réaction à certains stimuli.

Mon chien déteste les autres chiens. Comment réagir ?

Si votre chien semble détester les autres chiens, c'est qu'il a un problème de socialisation. Voici comment remédier à cette situation et réagir en cas de bagarre. Dès que votre chien croise un congénère, il se met à grogner, aboyer, prend une posture d’attaque. Aucun doute, votre compagnon déteste les autres chiens. Mais pour quelle raison et comment faire pour qu’il en soit autrement ?
Les causes de l’agressivité
Si votre chien fait preuve d’agressivité envers ses congénères, il s’agit d’un problème de socialisation dite intra-spécifique – au sein d’une même famille d’animaux. Pour préciser, ce souci peut être à un niveau intra-meute (dans votre foyer si vous avez plusieurs chiens), extra-meute (avec ceux que votre chien ne connaît pas), ou les deux. Ce comportement peut avoir de multiples causes, mais l’origine est bien souvent à rechercher dans les premiers mois de votre compagnon. Il a pu être séparé très (trop) tôt de sa mère et de sa fratrie, victime d’un traumatisme comme une attaque ou une morsure ou tout simplement mal socialisé. Mais la raison peut aussi tenir tout simplement à un problème hormonal ou au tempérament de votre chien, trop peureux (il peut avoir développé une véritable phobie), trop dominant ou indépendant. Votre propre comportement est aussi à prendre en compte. Si vous vous écartez et tirez sur la laisse à chaque fois que vous croisez un autre chien, la situation désagréable pour votre animal va l’amener à considérer ses congénères comme une menace. En outre, si votre chien se montre agressif envers les autres quand vous vous promenez avec lui, sachez qu’il n’a pas d’autre choix : en percevant les autres comme une menace, son instinct lui donne deux possibilités, fuir ou attaquer. Or, vous le tenez en laisse, il ne peut donc pas fuir…
Les moyens d’y remédier
Comment remédier à cette situation ? En socialisant votre chien – et un peu vous aussi par la même occasion. Vous pouvez commencer par repérer la "distance de confort" de votre compagnon, c’est-à-dire celle à laquelle il ne réagit pas en voyant des congénères. Après l’avoir éventuellement fait asseoir, vous le récompenserez d’une friandise ou d’une caresse assortie de félicitations. Peu à peu, vous allez réduire la distance en lui parlant et en le tranquillisant, et bien sûr, à chaque fois, vous lui donnerez une récompense. Attention, cela peut prendre du temps, surtout si le chien est déjà âgé, jusqu’à une année. Patience ! Outre cette socialisation "à distance", il est également important de mettre votre animal en présence d’autres chiens, par exemple en participant à des cours de dressage collectifs, notamment pour apprendre les codes canins que ne pouvez, par définition, pas lui enseigner. Une fois que le chien garde sa gueule ouverte, remue la queue, autorise l’autre à s’approcher et le renifle, c’est gagné.
Que faire en cas de bagarre
Entre-temps, il est possible que votre chien se retrouve au cœur d’une bagarre. Il faut savoir qu’un tel événement se déroule en trois phases : la menace, la bagarre en elle-même, puis l’apaisement. Si vous n’avez pas réussi à calmer le chien durant la première étape et que la bagarre se déclenche, évitez surtout de mettre les mains au niveau du collier et de la tête – c’est là qu’ils mordent ! Vous pouvez essayer d’attraper l’animal par la base de la queue et le soulever, mais même si cela peut arrêter l’autre chien, le second combattant continuera à le chercher. Il en ira de même si vous prenez votre chien dans vos bras. La meilleure solution consiste à essayer de faire diversion, en criant (mais cela peut aussi exciter les chiens), en produisant un bruit inattendu ou encore en arrosant les animaux avec de l’eau fraîche.
Bien agir après la bagarre
Pour le chien, votre réaction après la bagarre est tout aussi importante. Commencez par attendre que tout le monde (lui… et vous !) soit tranquillisé, et surtout parlez normalement à votre chien. Si vous dramatisez, votre ton va le stresser. En outre, si vous n’avez pas vu – ou compris – qui a commencé la bagarre, le chouchouter va encourager ce comportement. Par contre, si votre chien est à l’origine de l’incident, le gronder ou le frapper ne servira pas à grand-chose sinon à empêcher les personnes ayant assisté à la scène de vous considérer comme un mauvais maître. Il convient simplement d’écourter la promenade pour faire comprendre au chien que vous ne tolérez pas ce comportement. Bien sûr, une fois calmé, vous examinerez votre chien pour vérifier qu'il n'est pas blessé, auquel cas la direction à prendre est celle du premier cabinet vétérinaire.
Un chien socialisé :
La socialisation du chiot se fait entre un mois et demi et cinq mois, d’où l’intérêt des écoles du chiot. Il ne faut toutefois jamais relâcher vos efforts durant toute sa première année. Ne l’empêchez surtout pas d’aller voir les autres chiens de jouer à touche-museau.

Mon chien aboie tout le temps. Que faire ?

Un chien qui aboie en permanence, c'est aussi pénible à supporter pour le maître que pour les voisins. Pour faire cesser ce comportement, il faut d'abord en trouver la cause. Un chien qui passe son temps à aboyer peut manifester son ennui, sa peur, son anxiété, défendre son territoire ou tout simplement essayer d'attirer votre attention. Pour qu'il cesse d'aboyer, il faut trouver l'origine de ce comportement avant de le faire cesser. Un collier anti-aboiement peut être une solution provisoire.
Pourquoi mon chien aboie ?
Pour faire cesser cet agissement, il faut d'abord savoir pourquoi le chien aboie. Votre chien n'a peut-être pas appris à rester seul. La solitude n'est pas une situation naturelle pour lui et il manifeste sa détresse en aboyant. Dans le jardin, le chien peut avoir de nombreuses raisons d'aboyer : les personnes ou les animaux qui passent, les bruits, les voitures... Mais votre chien peut aussi aboyer lorsqu'il a peur ou qu'il se trouve face à quelque chose qu'il ne connaît pas. Il se peut que votre chien aboie tout simplement pour attirer votre attention ou qu'il ait simplement pris l'habitude d'aboyer.
Comment limiter les aboiements intempestifs ?
Si votre chien aboie beaucoup trop souvent à votre goût, il est toujours possible de lui faire passer cette habitude.
Un chien socialisé et obéissant
S'il aboie chaque fois qu'il se retrouve face à une situation ou à un bruit inconnu, c'est que le chien doit être davantage socialisé. Plus il connaîtra de situations variées et moins il réagira aux différents stimuli. De même, un chien obéissant sera plus facile à faire taire.
Une attitude cohérente
Sachez que vous pouvez obtenir le silence durablement et facilement si vous avez une récompense à offrir et si votre attitude est cohérente. Quand vous donnez l'ordre "silence", le chien doit se taire pour avoir sa friandise. Ne cherchez pas à crier plus fort que lui ! Votre chien n'est pas sourd et, si vous donnez l'ordre à voix basse, il devra être attentif et donc se taire. Si, à votre ordre, le chien continue d'aboyer, ne lui donnez rien ; s'il se tait, récompensez-le.
Apprendre à aboyer sur commmande
Vous pouvez aussi prendre le problème à l'envers et apprendre à votre chien à aboyer sur commande. Quand il aboie spontanément, dites "aboie" et récompensez-le. Peu à peu donnez l'ordre "aboie" pour déclencher le comportement. Votre chien attend sa récompense. Demandez alors le "silence". Lorsqu'il se tait vous lui donnez sa friandise.
Les colliers anti-aboiement : pour ou contre ?
Les colliers anti-aboiement donnent une sanction à votre chien lorsqu'il aboie. Certains animaux finissent par s'y habituer, d'autres cessent effectivement d'aboyer, mais développent un comportement de substitution. Le chien peut se mettre à se lécher frénétiquement ou à détruire son environnement... Le collier anti-aboiement permet de faire cesser le bruit mais sans traiter la cause. Il doit être utilisé avec beaucoup de précaution et reste plus une solution d'urgence ou d'attente qu'un réel apprentissage.
Quel collier anti-aboiement choisir ?
Le collier à spray est moins agressif que le collier électrique. A chaque aboiement, une pulvérisation est émise par le collier, surprend le chien et stoppe le comportement indésirable. Il est à espérer que le chien fasse la relation et cesse d'aboyer. Le collier électrique est à éviter autant que faire se peut et doit absolument être réglable en intensité.

Mon chien fuit les invités. Pourquoi ?

Les invités peuvent être une source d’angoisse pour votre chien, notamment s’il a déjà subi des violences. Apprenez à le rassurer et à introduire en douceur de nouvelles personnes dans son environnement. Face à la crainte des invités, notamment lorsqu’ils sont inconnus, il est inutile d’imposer à votre chien de rester à leurs côtés. Avant qu’il puisse être serein en leur compagnie, mieux vaut comprendre les raisons de ses craintes et l’habituer peu à peu à ces nouvelles personnes.
Les causes de la peur des inconnus
Le manque de socialisation
Durant sa période de sevrage, les contacts du chien avec ses pairs ainsi qu’avec les humains sont primordiaux pour développer sa socialisation. Sans ces expériences-là, le chien peut devenir craintif et redouter tout contact avec d’autres animaux comme de nouvelles personnes. Il aura alors besoin de beaucoup de temps pour faire confiance à de nouvelles personnes et pourra fuir au contact de vos invités.
La maltraitance du chien
Lorsqu’un chien a subi de la maltraitance de la part d’humains, il peut craindre le contact avec des inconnus. Si, en général, sa peur se cantonne à la personne qui l’a frappé, elle peut s’étendre à toute nouvelle personne rencontrée. Dans ce cas-là, il se peut que votre chien s’isole ou que, à l’inverse, il se montre défensif voire agressif envers vos invités, d’autant plus s’ils s’approchent de lui.
Les solutions face à la crainte des invités
Une rencontre en lieux connus
Quelle que soit la cause de la fuite de vos invités par votre chien, il faut, dans tous les cas, procéder en douceur avec lui. L’idéal est que la rencontre avec vos amis se fasse dans des lieux connus du chien, en général chez vous. Cette rencontre se fera donc sur son territoire, dans un endroit dans lequel il se sent en confiance.
Une habituation en douceur
Avant que quiconque n’approche de votre chien, restez à ses côtés, une main posée sur son dos et parlez-lui calmement. S’il se sent en confiance avec vous, il sera moins sur la défensive à l’approche d’un inconnu. Demandez à vos invités qu’ils ne se précipitent pas tous sur lui, mais viennent le caresser un à un. Dans tous les cas, l’habituation de votre chien à vos invités doit se faire pas à pas, sans forcer le contact. Laissez à votre chien la possibilité de pouvoir s’installer dans une autre pièce lorsque vous recevez des invités, afin qu'il ait une échappatoire en cas de stress intense. La multiplication de contacts réussis ne devrait qu’habituer votre chien aux humains et le rassurer en présence de vos invités, qui ne seront désormais plus des inconnus. Ne cajolez pas trop votre chien : il risquerait de comprendre l'inverse de ce que vous souhaitez lui faire passer comme message. Il peut croire que vous lui donnez raison quand il a peur 
Quels sont les signes de la crainte des inconnus ?
Si le chien grogne ou gémit face à des inconnus qu’il craint, certains signes comportementaux sont simples à décoder afin de comprendre son ressenti. Les signes de nervosité d’un chien sont notamment des pupilles dilatées, l’accélération de la respiration ou encore la mise en arrière des oreilles. Avant même que votre chien ne réagisse face à vos invités et si vous observez ces réactions, détournez l’attention de votre compagnon en le faisant jouer, ou encore en lui donnant un ordre.